INTEGRATION DES MIGRANTS EN FRANCE – LA FEUILLE DE ROUTE DEVOILEE

La diffusion ce lundi d’une chronique épistolaire intitulée : « L’IMMIGRATION : UN SUJET POLITIQUE QUI RONGE LA SOCIETE » puis d’une chronique audio venue la compléter sur la base de la question posée dans le dernier numéro des Cahiers français :« Quelle politique migratoire pour la France ? » se justifiaient à plus d’un titre.
Ces dernières permettent de revenir sur les arbitrages de l’exécutif concernant l’intégration des migrants qui ont été dévoilés mardi par le Premier ministre. D’autant que les décisions prises font écho aux observations voire recommandations émises par plusieurs observateurs avertis auxquels ces chroniques font référence.
Toutefois, si les 72 propositions pour une politique ambitieuse d’intégration des étrangers arrivant en France contenues dans le rapport parlementaire du député LRM du Val-d’Oise Aurélien Taché ont permis d’enrichir la réflexion et de définir des actions prioritaires, force est constater que l’une d’elles ayant trait à l’accès au logement n’a pas été retenue.

Il n’y aura donc ni prime de 1 000 euros aux communes qui proposent un logement ni « crédit d’impôt solidarité » pour les particuliers hébergeant gratuitement un étranger, comme le suggérait le rapport. On se limitera à l’application du droit commun, la circulaire du 12 décembre 2017 prévoyant la « mobilisation de 20 000 logements » sous l’impulsion des préfets. Il est néanmoins intéressant d’observer que Le gouvernement compte développer certains dispositifs d’intégration expérimentaux à l’instar du programme HOPE (hébergement orientation parcours vers l’emploi) afin de faciliter l’accès à l’emploi dans des secteurs en tension comme le BTP, les services et l’industrie. 1 000 réfugiés devraient en bénéficier dés 2018. En 2018, 3 000 jeunes migrants se verront également proposer un « sas linguistique et socioprofessionnel » (garantie jeune, apprentissage…) d’une durée de 3 à 6 mois. Leur nombre devrait atteindre 5 000 en 2019. Si le rapport Taché avait évalué le coût total de ses propositions à un peu plus de 600 millions d’euros, les moyens financiers alloués à l’accueil des migrants en France devraient plutôt avoisiner les 200 millions. L’accent est mis sur des mesures à juste titre considérées comme indispensables.
Il en va ainsi de la formation civique dont la durée passe de 12H à 24H et de l’apprentissage de la langue française. Dans le cadre du contrat d’intégration républicaine (CIR), parcours personnalisé d’intégration, figurent le doublement à 400 heures du nombre d’heures de cours de français à partir de 2019 et le triplement à 600 heures pour les publics ne sachant ni lire ni écrire.

Par ailleurs, un Pass culture sera attribué à chaque jeune étranger disposant d’un titre de séjour. L’accès au travail sera également favorisé par le biais du développement de l’apprentissage en entreprise, l’insertion professionnelle devenant une priorité de la politique d’intégration.

Des offres de gardes d’enfants seront développées afin de permettre aux jeunes parents d’assister aux cours et les apprenants pourront bénéficier d’une certification linguistique afin de faciliter leur recherche d’emploi ou leur demande de formation.
Les dispositions prévoient également entre autres un meilleur accès aux soins.
Ainsi définie, ces différentes mesures doivent concerner les 130.000 étrangers admis chaque année au séjour et souhaitant s’installer durablement en France.

Comme l’a précisé Edouard Philippe, partisan d’un accueil digne de notre République : « L’objectif consiste à définir un parcours d’intégration qui donne aux migrants la possibilité de travailler, de participer et de s’impliquer activement dans la société ».

Quoi qu’il en soit, à l’heure où la lutte contre l’immigration devient un argument de campagne électorale chez plusieurs de nos voisins européens, cette nouvelle feuille de route ne manquera vraisemblablement pas de susciter chez nous de nombreux commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *