SOMMET ETATS-UNIS – COREE DU NORD QUAND L’IMPROBABLE DEVIENT ENVISAGEABLE

Les alliés régionaux des États-Unis, Japon, Corée du Sud ainsi que la Chine, principal allié de la Corée du Nord, ont exhorté les deux pays à sauver le sommet vendredi.

Lors d’un forum économique à Saint-Pétersbourg, le vice-président chinois Wang Qishan a déclaré qu’un tel sommet était nécessaire pour assurer la sécurité dans la péninsule coréenne, ce qui touche les intérêts fondamentaux de la Chine.

Et comme la chronique du jeudi 24 mai le laissait entendre au regard du caractère assez imprévisible des réactions de Donald Trump comme de Kim Jong-un, une nouvelle étape a été franchie dans le bon sens dans la journée de vendredi.
En effet, après avoir annulé la rencontre du 12 juin à Singapour en évoquant « l’hostilité ouverte » de Pyongyang, le président américain Donald Trump a indiqué aujourd’hui que le sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un pourrait être sauvé, après avoir accueilli une déclaration de conciliation de la Corée du Nord disant qu’elle restait ouverte aux négociations.
OPTIMISME DE RETOUR
Selon les dernières informations dont nous disposons en ce samedi 26 mai, les perspectives d’un sommet entre les Etats-Unis et la Corée du Nord se sont améliorées après que le président américain Donald Trump a déclaré vendredi soir à Pyongyang « des discussions fructueuses » sur la réouverture de la réunion du 12 juin à Singapour.

La porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, a précisé aux journalistes que Trump ne voulait pas que cette réunion soit « juste un coup politique ».

« Il veut obtenir quelque chose qui est une solution réelle et durable. Et s’ils sont prêts à le faire alors … nous sommes certainement prêts à avoir ces conversations », a-t-elle ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.