L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – CARACTERE INACCEPTABLE DES MASSACRES CIVILS COMMIS EN GHOUTA ORIENTALE

/ AFP PHOTO / ABDULMONAM EASSA


L’AWI-Mage de la semaine dénonce un scandale qui nous vaut d’assister à un massacre humain à grande échelle. Inacceptable, intolérable, monstrueux, odieux… on ne sait plus comment qualifier les exactions dont se trouvent être victimes des milliers de civils coincés et bombardés dans la Ghouta orientale.
Mais que fait le Conseil de sécurité de l’ONU ? Comment expliquer qu’aucun accord de cessez le feu ne puisse être trouvé ? La Russie peut elle encore longtemps faire obstacle à une demande de trêve humanitaire pour permette d’arrêter les combats et surtout venir en aide aux hommes, femmes et enfants qui ne peuvent que hurler leur douleur d’être ainsi meurtris par le régime d’Assad ?
Une honte envahit tous ceux qui constatent les atrocités que rien ne semble pouvoir stopper ni même  sanctionner.
Selon un correspondant de Syria Charity sur place : « Les bombardements n’ont jamais été aussi intenses, le rythme est de 10 bombes par minute. Il y a aussi des hélicoptères qui larguent des barils d’explosif ».
Devant l’ampleur des massacres consécutifs aux bombardements de l’aviation syrienne et de ses alliés, la communauté internationale (notamment la France) demande que soit instaurée une trêve de trente jours pour pouvoir s’occuper des blessés (qui n’ont plus guère d’hôpitaux ni de médecins) et plus largement des populations civiles, soit 300 000 personnes prisonnières dans la Ghouta orientale.
AWI a choisi de prendre tous les risques en diffusant cette séquence vidéo. Ce sont des enfants qui vous le disent : « Peuples de monde resterez vous longtemps sourds et aveugles face à de telles atrocités ! Bien que les pays du Conseil de sécurité de l’ONU aient adopté à l‘unanimité samedi un texte réclamant “sans délai” un cessez-le-feu de 30 jours afin notamment de permettre la fourniture d‘aide médicale aux populations touchées par le conflit dans le pays, la plus grande prudence s’impose. Et que dire des enfants qui se trouvent victimes d’un véritable massacre et qu’il faut essayer de sauver quoi qu’il advienne. Plutôt que de perdre son temps avec la pénible succession de Johnny Halliday et autres faits divers qui ne valent rigoureusement rien, mieux vaut regarder les réalités en face et donner de la voix pour sauver les vies d’innocentes et jeunes victimes d’actes de barbarie qui font honte à l’humanité entière. AWI s’en tient à une formule simple :  » Les enfants d’abord ! »

En faisant un don à AWI, vous aidez une petite SARL de presse réellement indépendante à faire toujours plus et encore mieux. Les dons qui porteront la mention Enfants/Ghouta seront exclusivement utilisés pour venir en aide à un ou plusieurs enfants victimes de cette guerre. Patrick Gorgeon, Directeur de la rédaction d’AWI s’engage à prendre contact avec le ministère français des affaires étrangères afin que les dons soient versés à toute association humanitaire dévouée à cette cause.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *