LE CHEVAL QUI DOMPTE LE DRAGON SUR LA ROUTE DE LA SOIE

C’est sous ce profil avantageux qu’Emmanuel Macron,  surnommé «Ma-Ke-Long» selon la transcription phonétique de son nom en mandarin, a débuté ce lundi sa visite d’État en Chine.
Le pharaonique projet de nouvelle route de la soie porté par une Chine qui est en passe de ce hisser au premier rang des puissances économiques mondiales, témoigne d’une dynamique avérée qui s’appuie sur la claire volonté de développement affichée par les dirigeants de ce gigantesque pays.
Si la Chine n’occupait en 2017 que la 22e place dans le classement mondial de l’innovation, elle est néanmoins parvenue à passer en 16e position en terme de qualité de l’innovation.
Ces progrès sont attribuables à un certain nombre d’indicateurs solides, s’agissant de la principale économie à revenu moyen en passe de se rapprocher des pays à revenu élevé. Parmi les facteurs qui expliquent le phénomène, on peut citer notamment: l’échelle du marché intérieur, la place occupée par les professionnels du savoir, le nombre de brevets déposés, les exportations de haute technologie, les dessins et modèles industriels par origine…
A se demander si le Consumer Electronics Show (CES) qui se tient actuellement à Las Vegas ne devra pas sous peu se délocaliser pour s’établir dans l’une de ces cités chinoises en plein boom, à l’instar de Shanghai, Beinjing, Tianjin, Shenzhen, Chongqing, notamment, sans parler des Smart cities qui émergent sur le territoire à vitesse grand V.
Qu’il s’agisse d’urbanisme et de mobilité, du recours accru aux énergies renouvelables et aux hautes technologies, la Chine dessine son nouveau visage qui tend à démontrer à grande échelle l’incroyable capacité que peut avoir ce pays à relever les défis du futur.

Voilà pourquoi la nouvelle route de la soie encore appelée OBOR One Belt, One Road se doit d’être regardée avec la plus grande attention par tous les pays développés conscients de la place et du rôle que sera amené à jouer ce géant d’Asie dans l’économie mondiale.

Dévoilé en avril 2013, ce projet de liaison ferroviaire, portuaire et routière, soutenu par l’actuel président chinois, Xi Jinping concernera en effet 68 pays représentant 4,4 milliards d’habitants et 62 % du PIB mondial.

« Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera ». titre d’un livre écrit en 1973 par Alain Peyrefitte, n’a aujourd’hui plus rien d’un un récit prémonitoire. Il reflète une réalité qui impose entre autres rapprochement, souci d’adaptation et recherche d’un équilibre en termes de représentativité et d’échanges commerciaux.


Merci d’aider AWI à faire toujours plus et mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *