BITCOIN : QU’EST CE QU’ELLE A SA GUEULE ?

Le Bitcoin serait-il devenu à la finance internationale ce que l’Internet est à la mondialisation de la communication ?
Car dans ces deux domaines, les algorithmes régissent les échanges.
Toujours est-il que ceux qui affectionnaient les rallyes boursiers qui agitent traditionnellement les marchés d’actions en fin d’année, doivent aujourd’hui porter des regards envieux sur un placement apparemment gadget, venu d’un ailleurs, baptisé Bitcoin.
Tout d’abord parce qu’en dépit de chemins de la croissance retrouvés, le rally boursier 2017 n’est pas aussi spectaculaire et motivant qu’on pouvait l’imaginer, sur fond d’ informations communiquées par nombre d’experts.
Ensuite parce que le Bitcoin, monnaie virtuelle par excellence, ne cesse de voir sa valeur grimper. A tel point que ses détenteurs se montrent peu enclins à s’en débarrasser à sa valeur actuelle, la perspective de score étant encore loin d’être atteinte, un réflexe qui ne peut que contribuer à son appréciation, sans qu’on sache jusqu’où montera la bulle avant d’exploser.
Les vieilles monnaies étalons n’ont plus qu’à bien s’accrocher.
Bien qu’il faille reconnaître d’honnêtes performances aux actions françaises, mais aussi et surtout au valeurs étrangères, le Bitcoin de « paradis » se fait de moins en moins discret. Alors que Wall Street n’a jamais tant brillé entraînant le Nasdaq et le Dow Jones vers des sommets, rien ne semble pouvoir stopper l’ascension de cette cryptomonnaie qui fait gamberger bien des observateurs.
Utilisée à ses débuts comme moyen d’échange par des réseaux criminels pour des jeux d’argent, l’achat de substances illicites, ou pour des bases de données piratées, le Bitcoin est finalement sorti de prison et a même été reconnu par Le Sénat des États-Unis, parfaitement légitime et en mesure de fournir des services financiers.
En quête de reconnaissance, les premiers contrats à terme sur cette cryptomonnaie qui ont été lancés dimanche par le Chicago Board Options Exchange sont venus donner davantage de crédibilité à ce qu’il faut bien appeler une nouvelle devise.
Alors que le Bitcoin a récemment dépassé la barre des 11 000 USD, contre un cours à près de 1 000 USD en janvier, soit une appréciation plus de 1 000 % sur l’année, les algorithmes s’affolent.
Lancés à 15.460 dollars, les premiers contrats à terme janvier 2018 ont grimpé de 25% au cours de leur première séance.
Bitcoin : qu’est ce qu’elle a sa gueule ?
Une question à laquelle la chronique audio consultable ci dessous mêle sa voix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *