L’EUROPE CONFRONTEE AUX DEFIS IMPOSES PAR LE NŒUD GORDIEN


Parmi les remarquables publications parues à la Documentation française, le dernier numéro de « Questions internationales » consacré à l’Europe, entre crises et rebond, s’inscrit dans un contexte brûlant.
Force est en effet de constater les difficultés rencontrées par les 28 pays membres pour accorder leurs violons et parvenir à se mettre au diapason sur des sujets essentiels.
Le cas du glyphosate, herbicide classé « cancérogène probable » en mai 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer dépendant de l’OMS, qui figurait sur l’une des partitions soumises à l’Union européenne, témoigne d’intrant capable de polluer une fois de plus la politique européenne.
Finalement, 18 pays ont soutenu la proposition de la Commission — contre 14 au tour précédent –, permettant tout juste d’atteindre le seuil de plus de 65% de la population de l’UE nécessaire pour une majorité qualifiée visant son autorisation d’utilisation pendant 5 ans.
Et quel pays a pesé dans la balance en passant de l’abstention à un vote pour : l’Allemagne.
Imaginant représenter avec ce pays un couple fort en accord parfait, la France qui avait plaidé pour une période de trois ans et a voté contre le renouvellement de l’autorisation, s’est trouvée mise devant le fait accompli.
En dépit d’une pétition officielle demandant la disparition progressive de ce Roundup de Monsanto dans l’UE, ce puissant herbicide apprécié par les agriculteurs y compris français, en raison de son efficacité et de son faible coût, ne sera pas proscrit. Toutefois, durant 60 longs mois, des recherches seront menées pour la mise au point d’un produit de substitution plus en phase avec les préoccupations récurrentes en termes d’agriculture, mais aussi et surtout de santé publique.
Cette épisode donne un relief particulier au numéro de « Questions internationales » qui revient notamment sur les évènements politiques , économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire européenne durant presque soixante dix ans. D’autant qu’en un peu moins de dix ans, l’Union européenne a connu trois crises majeures : la crise de l’euro, celle des migrants et le Brexit , sans qu’on sache véritablement de quoi l’avenir sera fait.
C’est là que l’histoire cyclique de la construction européenne rapportée par Robert Frank, historien et professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne qui se décline comme un film à suspens et rebondissements, permet de mieux comprendre les difficultés rencontrées pour trancher le noeud gordien qui nuit au bon fonctionnement de l’Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *