LE CINEMA RUSSE VICTIME D’UNE PRIVATION DU DROIT D’INFORMER


AWI a toujours eu un faible pour le cinéma russe !
Cette webradio webtv indépendante a d’ailleurs, à plusieurs reprises, eu l’occasion de s’en faire l’écho.
Toutefois, ce qui va vous être conté aujourd’hui et a pour conséquence de vous priver d’informations relatives à un événement cinématographique une nouvelle fois organisé cette année, est pour le moins regrettable.
La situation que nous sommes conduits à déplorer pourrait donner l’impression d’un retour en arrière, en pleine guerre froide alors que L’URSS se montrait peu encline aux échanges en tous genres, y compris sur le plan culturel.
Fort heureusement, depuis déjà de nombreuses années, la situation s’est considérablement améliorée et les relations franco-russes sont au beau fixe.
D’où l’étonnement suscité par ce dont il est question ici et n’a pas lieu en Russie mais en France, en 2017. Plus précisément à Honfleur où se tient, depuis 1998, un Festival du Cinéma Russe.

Comme nous l’avons très souvent souligné, les films russes se révèlent particulièrement intéressants en raison de l’originalité dont ils font preuve dans le choix des sujets, l’écriture des scénarios et leurs conditions de réalisation. De plus, la qualité et beauté des images, le talent des actrices et acteurs interpellent et souvent surpassent dans des longs métrages bien des films que nous sommes amenés à voir au cinéma. Toutefois, ce cinéma original à plus d’un titre, demeure encore trop méconnu. D’où l’objectif consistant à le faire mieux connaître notamment en France où d’autres festivals du cinéma russe ont lieu.
Il est vrai que le manque de distributeurs, explique en grande partie la quasi-absence des films russes dans nos salles de projection, la télévision ne prenant, en dehors de la chaine Arte, que rarement le relais afin de nous faire partager des univers et des situations qui offrent une autre vision de choses à découvrir.

Mais revenons au sujet qui nous vaut aujourd’hui de faire part de notre réelle incompréhension.
A la suite d’une chronique qui faisait état de l’amateurisme déconcertant de l’organisation de ce Festival côté presse, et de la rareté d’un public jeune, diffusée le 26 novembre 2015, AWI s’est vu notifier cette année une interdiction d’entrée au festival du cinéma Russe de Honfleur. Un comble pour un journaliste qui vit et télé-travail dans la pittoresque cité maritime du Calvados.

Cette chronique épistolaire reflétait, ni plus ni moins, la réalité qu’il m’avait été donné à titre personnel de vivre en cherchant à exercer mon métier de journaliste qui visait en marge des projections, à rencontrer scénaristes, réalisateurs et acteurs russes pour recueillir leurs témoignages et les diffuser auprès d’un large public. Il n’est d’ailleurs pas inutile de préciser que j’étais malgré tout parvenu, en 2015, à rencontrer Artem Tchemnikov qui m’avait accordé une interview, son film « No comment » ayant particulièrement retenu mon attention et remporté ex aequo le Prix DU FESTIVAL DU CINEMA RUSSE DE HONFLEUR 2015.

Mais en réaction à ma chronique portant un regard critique sur l’organisation du Festival et l’impossibilité d’ obtenir toute aide à contact avec les hôtes russes,  il a été décidé de m’interdire tout accès à ce Festival et aux projections en 2016, puis cette année.

Vous êtes bien en France ! Les réalisateurs, scénaristes et acteurs russes qui participent à Honfleur au Festival qui leur est dédié seraient sans nul doute quelque peu surpris, pour ne pas dire estomaqués, de savoir qu’un avis critique émis sur l’organisation de ce dernier a finalement eu pour conséquence de priver cinéma russe d’une modeste promotion via un support d’information indépendant.

D’autant que comme chacun peut le constater en tapant « Cinéma Russe » sur le moteur de recherches d’AWI, nous nous sommes toujours attachés à illustrer sous différentes formes les indéniables qualités du cinéma russe et à encourager sa diffusion à plus grande échelle en France.

Heureusement que sur d’autres terrains beaucoup plus délicats et sensibles, une diplomatie permet à des hommes et femmes intelligents de s’accorder en dépit de désaccords et  critiques d’une tout autre ampleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *