LA CATALOGNE POURRAIT ELLE DEVENIR LA SUISSE DE l’EUROPE DU SUD ?

 

 

 

 

 

 

 

 

En annonçant mardi dernier devant le Parlement que la Catalogne avait gagné par voie référendaire le droit d’être un État indépendant et de devenir une république, Carles Puigdemont, président catalan a lancé un pavé dans l’arène espagnole et semé le trouble dans le lac européen.

Même si comparaison n’est pas raison, cet événement conduit à porter une attention particulière sur une autre république neutre et bien portante qui a toujours refusé d’adhérer à l’Union européenne : la Suisse*.

Modèle de démocratie, de prospérité, de paix, d’équilibre et de gestion, la Suisse ne souffre nullement de son indépendance. On peut même affirmer qu’elle en tire manifestement bénéfice.
Et lorsqu’on examine quelques grands indicateurs concernant la république helvétique, d’une part et ceux de la Catalogne, d’autre part, on est frappé de constater quelques similitudes. A tel point qu’on finit par se demander si cette dernière ne pourrait pas finalement prétendre devenir la Suisse du sud de l’Europe.
Avec une superficie de 31 895 km², un PIB de 20 Milliards d’euros en 2002 (soit 19 % du PIB global de l’Espagne). la Catalogne qui compte 7 508 106 habitants a vu son taux de chômage fortement baisser pour s’établir à 13,2 % soit 4 points de moins que le taux de chômage de l’Espagne.
Certes la Suisse fait beaucoup mieux. Avec une superficie de 41.285 km2, elle compte 8 431 702 habitants, affiche un PIB de 659 milliards de dollars et un taux de chômage qui touche à la performance puisqu’il n’est que de 3,2%.
Mais bien d’autres données révélatrices méritent d’ailleurs être apportées pour illustrer une dynamique qui en Suisse comme en Catalogne ne concerne pas que l’industrie.

Lorsqu’on y regarde plus prêt que constate t’on concernant la Suisse ?
Que ce petit pays enclavé qui adhère à l’espace économique européen se refuse toujours de devenir membre de l’Union européenne.

Comme le précise Serge Sur, dans le numéro spécial de « Questions internationales », consacré à la Suisse, le côté roman rose de cette république fédérale a également son côté roman noir. En cause, sa réputation de coffre fort, la présence d’argent sale et son caractère refuge en terme d’évasion fiscale, même si de notables améliorations ont été apportées.
On peut d’ailleurs s’étonner que les banques catalanes aient été les premières institutions à manifester leur volonté de quitter la Catalogne par crainte des conséquences liées à l’indépendance . Car, en Suisse, les banques bien que sous le feu des critiques, et sanctionnées par l’Europe, ne semblent nullement désireuses de quitter le capitalisme financier qui contribue entre autres au bon état de santé du pays.

La question mérite donc d’être posée : « La Catalogne pourrait elle s’inspirer de la république fédérale helvétique pour s’ériger en république catalane du sud de l’Europe ? »
Comment diable, la Suisse qui a une autre vision de l’Europe – Questions internationales – La Documentation française – parvient elle à s’en sortir aussi bien face à la mondialisation ?
La chronique audio vous en dit plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *