PRIX NOBEL DE MEDECINE 2017: LES HORLOGES BIOLOGIQUES A L’HONNEUR


Le prix Nobel de médecine 2017 a été attribué aux Américains Jeffrey C. Hall, Michael Rosbash et Michael W. Young pour leurs découvertes sur les mécanismes moléculaires contrôlant les horloges biologiques.
Ces mécanismes contribuent par exemple à comprendre pourquoi des personnes voyageant sur de longues distances souffrent du syndrome du décalage horaire (“jetlag”) et en quoi ces phénomènes peuvent accroître les risques de troubles tels que l‘insomnie, la dépression ou les maladies cardiaques.
La chronobiologie, ou l’étude des horloges biologiques, est un champ d’études de plus en plus développé grâce aux travaux de ces trois pionniers.
Les scientifiques explorent aujourd‘hui de nouvelles approches pour les traitements médicaux s‘appuyant sur les rythmes circadiens, en cherchant par exemple le meilleur moment pour prendre un médicament.

“Cette capacité à se préparer aux fluctuations régulières de la journée est cruciale pour toutes les formes de vie”, note Thomas Perlmann, secrétaire de l‘institut Karolinska, qui héberge le comité Nobel.

Les lauréats 2017 “étudient ce problème fondamental et ils ont résolu le mystère de la manière dont une horloge interne dans nos corps est capable d‘anticiper les fluctuations quotidiennes du jour et de la nuit pour optimiser notre comportement et notre physiologie”, ajoute-t-il.

Les découvertes du trio “expliquent comment les plantes, les animaux et les humains adaptent leur rythme biologique de manière à ce qu‘il soit synchronisé avec les révolutions de la Terre”, écrit l‘Académie royale de Suède dans un communiqué.

Les lauréats ont réussi, dans les années 1980, à isoler sur des mouches du vinaigre un gène contrôlant le rythme biologique quotidien et à montrer comment ce gène encode une protéine qui s‘accumule dans une cellule durant la nuit et se dégrade pendant la journée.

Des recherches ultérieures ont révélé le rôle d‘autres gènes dans ce système complexe. Les médecins prêtent aujourd‘hui une attention accrue aux implications de ce cycle quotidien sur les patients présentant des troubles du sommeil ou d‘attention.

“L‘horloge régule des fonctions essentielles telles que le comportement, les niveaux d‘hormones, le sommeil, la température du corps et le métabolisme”, souligne encore l‘académie suédoise.

Le prix Nobel de physiologie ou de médecine, doté d‘une récompense de 9 millions de couronnes (près de 940.000 euros), est le premier des prix remis chaque année par l‘académie suédoise. (Reuters)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *