UNE MINISTRE EXPERIMENTEE POUR SOIGNER LE TRAVAIL

En nommant Muriel Pénicaud, ministre du Travail au gouvernement Edouard Philippe, Emmanuel Macron va t’il parvenir à désamorcer l’un des dossiers qui figure parmi les plus explosifs de son début de mandat ?
Toujours est-il que dés son arrivée, cette femme qui dispose d’une solide expérience dans le secteur privé et public, semble bénéficier d’un a priori favorable de la part de syndicats comme FO et la CFDT, même si coté patronal, Medef et CGPME, on attend de voir. Il est vrai que cette femme connaît bien le monde de l’entreprise.
En raison des postes à responsabilité qu’elle a occupés en tant que DRH au sein de grands groupes français, les questions concrètes liées au travail sont loin de lui être étrangères. De plus, son parcours dans le secteur public témoigne également du vif intérêt qu’elle porte à ce nœud gordien auquel aucune réelle solution n’a pu jusqu’ici être apportée.
De 1976 à 1985, Muriel Pénicaud a en effet été administratrice territoriale, responsable de la formation du personnel territorial, directrice du Centre lorrain pour l’enfance et la jeunesse, et directrice de la Mission locale pour l’insertion des jeunes de Metz.
Elle a ensuite occupé des fonctions de direction régionale et nationale au sein du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle (1985-1993), et a notamment été conseillère pour la formation auprès de la ministre Martine Aubry (1991-1993)
Nommée par le président de la République, première présidente de l’Institut national du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (2006-2009) et membre du Haut conseil du dialogue social, elle a par ailleurs été chargée de cours sur la formation professionnelle à l’ENA.
De plus, Muriel Pénicaud a été coauteur avec Henri Lachmann et Christian Larose du rapport au Premier ministre : « Bien-être et efficacité au travail – 10 propositions pour améliorer la santé psychologique au travail » remis en février 2010.
Pour évoquer les questions sur lesquelles la ministre va devoir plancher pour répondre aux nombreuses préoccupations relatives au travail, la chronique vidéo qui complète cette présentation s’articule autour de deux sources de données.
D’une part, l’analyse publiée par l’Insee la semaine dernière qui révèle la photographie du marché du travail en 2016 en France, et d’autre part, le numéro des Cahiers français qui sous le titre : « Demain quel travail ?» aborde les politiques de l’emploi qui devront accompagner les évolutions qui se dessinent dans ce domaine.
Et c’est là que les compétences dont a fait preuve par le passé la désormais nouvelle ministre du travail font la différence. L’attention portée à la situation des jeunes et des femmes notamment pourrait annoncer un vrai changement de cap en termes d’actions et ses compétences reconnues lui permettre d’établir un véritable dialogue sur bien d’autres points avec les partenaires sociaux.
Pour un travail soigné, les attentes sont grandes. La chronique vidéo de Patrick Gorgeon vous en dit plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *