LA POLITIQUE EST UN SPORT DE COMBAT

Si comparaison n’est pas raison, le combat de boxe qui a opposé, samedi soir, le Britannique Anthony Joshua à l’Ukrainien Wladimir Klitschko au stade de Wembley devant 90.000 spectateurs, a démontré à quel point rien n’est jamais gagné d’avance, même lorsqu’on part grand favori.
Que s’est il passé ce soir là ?
Au sixième round, alors que tout laissait penser que l’Ukrainien avait toutes les chances de l’emporter, le jeune boxeur de 27 ans a finalement battu son aîné âgé de 41 ans lors du onzième round, en l’envoyant deux fois au tapis.
Une surprise qui a fait dire aux spécialistes que la fougue avait été plus forte que l’expérience.
Cette victoire au caractère purement sportif vaut également pour les combats politiques. Dans un cas comme dans l’autre, à l’issue d’une intense préparation, une fois sur le ring, tous les coups sont permis sous l’oeil d’arbitres et rien n’est jamais joué d’avance.
Mais en politique, au-delà du spectacle que donnent les candidats en s’affrontant sur le devant de la scène, ce sont les électeurs qui au final apprécient qualités et défauts respectifs et élisent à bulletin secret le tenant du titre. D’où la nécessité de se battre pour convaincre jusqu’aux indécis pour s’assurer une belle et nette victoire.
Rendez-vous le 3 mai sur TF1 et A2 à partir de 21H pour deux heures et 20 minutes d’un duel intense entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Patrick Gorgeon, directeur de la rédaction de la webradio Webtv AWI vous en dit plus dans sa chronique audio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *