ESSAI EN LIVE DU F-PACE JAGUAR TOUTES GRIFFES DEHORS

Photo : Julien Beaudouin


Nous qui cherchions, en cette période estivale, une auto prestigieuse, capable de nous entraîner sur toutes sortes d’autoroutes, de routes et autres chemins de traverse, offrant la possibilité de voyager dans le plus grand confort, en toute sécurité, nous avons trouvé ! Testé avant son lancement officiel par son constructeur dans les conditions les plus extrêmes sur un parcours de 400.000 kilomètres, par + 50°C à Dubaï et -40°C en Suède, en passant par l’épreuve boue et ornières du centre d’Eastnor au R.U – jusqu’ici exclusivement réservée aux Land Rover -, le nouveau F-PACE Jaguar ne pouvait que susciter notre curiosité.
Il n’y a pas de tara…Tata Motors qui tiennent, Jaguar conservant son image et son rang dans le très haut de gamme après son rachat, en 2008, par le groupe Indien éponyme. De plus, ce crossover demeure comme d’autres modèles de la marque, entièrement assemblé à Solihull, ville située dans les Midlands de l’Ouest en Angleterre qui a pour devise « Urbs in Rure » traduisez la ville à la campagne.
C’est donc à bord de la version 3L Diesel 300ch AWD Jaguar F-PACE très « In » que nous vous invitons à prendre place.
Comme vous allez pouvoir le constater en visionnant l’essai en live présenté sous la forme de diaporama sonore, si son look a de quoi séduire, de très sérieux atouts enrichissent le concept. En réalité, goûter au F-PACE Jaguar, présente pour seul inconvénient majeur de rendre difficile sa restitution à son propriétaire.
Saviez-vous que parmi les caractéristiques des félins figurent leur tête ronde, leur mâchoire dotée de 30 dents et leurs griffes généralement rétractiles. Il n’ a pas à s’y tromper ! Qui plus est, le F-PACE qui franchit le 0 à 100 en 6,2 secondes, possède une détente révélatrice de dignes capacités de franchissement en tous terrains.
Le jour de notre essai en live, canicule oblige, le nouveau F-PACE, dernier né au royaume des Jaguar, paré d’une de ses couleurs spécifiques appelée « Dark Saphirre », cherchait tout comme nous, un peu d’ombre et de fraîcheur. C’est donc du côté de Chantilly que nous avons choisi de faire étape avec le félin qui a eu nettement moins soif que nous pauvres humains. Les prises de vues ont été réalisées par Julien Beaudouin, photographe. La conduite et le domptage ont été assurés par Patrick Gorgeon, directeur de la rédaction de la webradio webtv indépendante AWI qui s’est juré qu’on ne l’y reprendrait plus. Les mauvaises langues laissent entendre qu’une griffe de Jaguar aurait profondément marqué son esprit critique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *