FACE A LA CREATION D’UN POLE DE DEVELOPPEMENT D’AVENIR HONFLEUR S’EN EST « ALLAIS »

En septembre 2006, le directeur de la rédaction de la webradio webtv indépendante AWI présentait au maire de Honfleur, cité maritime du Calvados bercée par son pittoresque et son indéniable attractivité touristique, un projet novateur lié à la transition énergétique qui ne faisait alors pas encore office de loi.
Sans doute trop en avance sur son temps, ce projet avait plusieurs objectifs clairement définis.
Il s’agissait tout d’abord d’apporter à travers cette initiative originale, la démonstration in situ que patrimoine historique ancien et nouvelles technologies peuvent s’associer pour relever des défis d’avenir.
Le concept visait en effet la création d’une plate-forme dédiée notamment à la formation des jeunes mais aussi des adultes aux énergies renouvelables afin de donner à ces derniers les moyens d’appréhender un nouveau marché promis à un réel développement et donc par définition créateur d’activités et d’emplois.
Le site visé par le projet ne devait d’ailleurs rien au hasard.
Cette initiative trouvait également un effet rebond particulièrement intéressant à l’heure où la fusion entre Haute et Basse Normandie peut insuffler une nouvelle dynamique à ce territoire en panne d’objectifs concrets et réalistes.
Ce projet visait également à devenir un centre d’accueil de spécialistes français et étrangers amenés à exposer leurs produits.
Il avait enfin pour vocation de devenir un centre d’exposition international de savoir-faire en matière d‘exploitation des énergies renouvelables et des différentes techniques permettant la mise aux normes de l’habitat ancien sans nuire à ce qui fait ses qualités intrinsèques.
Mais en dépit de nos multiples interventions, y compris à la suite de la présentation du projet de loi « Transition énergétique » à l’Assemblée nationale, Honfleur est restée sourde à ce projet résolument tourné vers un futur proche.En quoi ce projet de création d’un centre  dédié aux énergies renouvelables présente t’ il un intérêt sur le plan local , national voire  international ?  Comment expliquer  que les politiques n’aient pas accroché au concept  et se trouvent  ainsi privés d’un élément essentiel dont l’existence  aurait aujourd’hui  une valeur reconnue  et surtout deviendrait un pole de curiosité au niveau mondial, sans parler de son potentiel en terme de création d’emplois de demain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *