EN CETTE ANNEE DU COCHON LA CHINE TRACE SA ROUTE

2019, « année du cochon de terre » dans le calendrier luni-solaire chinois, conduit à s’intéresser à cette Chine qui fait un peu la pluie et le beau temps dans l’univers de l’économie mondiale.
Et l’inquiétude manifestée par les observateurs avertis et organismes autorisés, les yeux rivés sur les dernières données économiques, témoigne de l’importance que revêt l’état de santé de ce grand pays qui a largement dépassé le stade de l’éveil et confirme jour après jour que le temps des conquêtes a sonné.

Bien que le rythme de croissance annoncé soit le plus faible depuis une trentaine d’année,  le taux devant se situer entre 6% et 6,5%, cette moindre performance a tout de même de quoi faire jaunir de jalousie tous les pays développés.

Depuis 2016, la Chine est le deuxième investisseur dans l’Union européenne, derrière les Etats-Unis.
Au sein de l’UE, les investissements chinois ont atteint 41,15 milliards de dollars en 2017, en augmentation de 31% sur un an, particulièrement en Allemagne et au Royaume-Uni.
En 2018, les investissements chinois ont augmenté de 86% en France.

Sans entrer dans une liste à la Prévert, faut-il rappeler l’entrée du chinois Dongfeng dans le capital de Peugeot en 2014, les prises de contrôle de Club Med par le conglomérat Fosun en 2015, la montée au capital d’Accor du groupe Jin Jiang (détenu par la municipalité de Shanghai déjà détenteur de Louvre Hotels) ou celle de HNA, maison mère de Hainan Airlines, au capital de Pierre & Vacances. Autant d’exemples révélateurs de l’appétence chinoise sur le plan business à l’échelle internationale.

Un dynamisme qui explique que la guerre commerciale engagée par Donald Trump pour lutter contre l’hégémonie chinoise génère un malaise qui se répand sur les marchés financiers. Les investisseurs craignent en effet les conséquences que pourrait avoir la lutte commerciale entre  Washington et Pékin sur l’économie mondiale déclarée en phase de ralentissement.

Il est vrai que ce grand pays d’Asie voit loin, très loin. La nouvelle route de la soie est d’ailleurs la parfaite illustration d’une nation qui n’hésite pas à se lancer dans de lourds investissements, de l’ordre de 1.000 milliards de dollars. Objectif : gagner en influence à l’échelle de Continents et dans de nombreux secteurs : mode, tourisme, hautes technologies, automobile… Lire la suite