« LE POIDS DES MOTS LE CHOC DES PHOTOS* »

Mahmoud Hams photographe pour l’AFP/ Prix photo Bayeux-Calvados des correspondants de guerre

En découvrant cette image, on se dit que la célèbre devise de Paris Match*, magazine hebdomadaire français d’actualités né en 1949, aurait pu être amputée du poids de mots, tant le choc provoqué par cette photo
se passe de tout commentaire.

Que cette dernière prise par Mahmoud Hams photographe pour l’AFP, qui s’est vu décerner samedi le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre, soulève horreur voire suscite la désapprobation de certains n’est pas fait pour surprendre. Elle témoigne néanmoins utilement des conséquences de ces guerres qui mutilent autant physiquement que psychologiquement.

Alors que les Palestiniens manifestent sans répit pour faire reconnaître le droit au retour dans leur terre d’origine, désormais considérée comme territoire israélien, ce cliché traduit la détresse d’un peuple en proie à un conflit armé qui s’éternise, faisant quasiment chaque jour de nouvelles victimes : hommes, femmes et enfants.

Le Palestinien Saber al-Ashkar, 29 ans, que la photo montre lançant des pierres durant des affrontements contre les forces israéliennes, le long de la frontière de la bande de Gaza à l’Est de la ville de Gaza, le 11 mars 2018, reflète un climat de violence que rien ne semble pouvoir arrêter. Il témoigne également d’un rapport de force totalement disproportionné. Lire la suite