LA COTE DE POPULARITE CONSTITUE T’ELLE UN INDICATEUR FIABLE EN POLITIQUE ?

On a beau vouloir ignorer sa cote de popularité, surtout lorsqu’elle traduit une nette chute de confiance d’un échantillon représentatif de sondés, ne pas en tenir compte s’apparente à un déni de reconnaissance de ce que révèlent les sondages d’opinion et l’influence qu’ils peuvent avoir, notamment sur les Français.

Qu’il s’agisse de l’impression que l’on donne de soi-même en qualité de chef de l’Etat, Premier ministre ou membre du gouvernement, comme des sentiments qu’inspirent les actions que l’on mène pour respecter ses engagements de campagne, les informations ainsi recueillies traduisent bel et bien une réalité. Une réalité qui peut aller de la pleine satisfaction, au mécontentement en passant par l’incompréhension, le doute.

Si comme le déclarait le général de Gaulle : « « La politique de la France ne se fait pas à la corbeille », force est de reconnaître que la politique ne se fait pas non plus au gré des révélations d’instituts de sondage. Démonstration en a d’ailleurs été maintes fois apportée.
Néanmoins, la prudence s’impose ! Lire la suite