LES ABEILLES SALUENT L’INTERDICTION DES NEONICOTINOÏDES

C’est à l’occasion de plusieurs conférences de ruche que des Reines d’abeilles ont tenu à saluer devant des dizaines de milliers d’insectes hyménoptères de la superfamille des apoïdes, la décision prise par l’Union européenne d’interdire l’utilisation de trois néonicotinoïdes (clothianidine, thiaméthoxame et imidaclopride). Cette dernière qui prend effet en France à compter du 1er septembre, intègre également le thiaclopride et l’acétamipride. Les sept insecticides neurotoxiques les plus utilisés dans le monde (acétamipride, clothianidine, imidaclopride, thiaclopride, thiaméthoxame, nitenpyrame et dinotéfurane), qui affectent les pollinisateurs en s’attaquant au système nerveux des insectes et en empêchant leur reproduction, sont en effet à l’origine de la décimation des abeilles. Soutenues par les apiculteurs, les colonies d’abeilles ont bien conscience que leur combat pacifique ne pourra pas s’arrêter là. Car en raison des pressions exercées par le lobby agricole, des dérogations demeurent possibles au cas par cas jusqu’au 1er juillet 2020 en Europe mais aussi en France. Une inquiétude qui se trouve renforcée compte tenu des  risques liés à l’apparition de néonicotinoïdes nouvelle génération. Toutefois l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), précise que pour les cultures en plein champ comme en serre, des produits de substitution chimiques ou non chimiques inoffensifs sur le plan santé mais tout aussi efficaces que les néonicotinoïdes, peuvent judicieusement remplacer les produits chimiques dangereux désormais proscrits. Les conférences de ruches organisées ce jour ont toutes donné lieu à des salves d’applaudissements d’abeilles venues nombreuses. Lire la suite