L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – PERLES ET COQUILLES EN NORMANDIE

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsqu’on s’intéresse aux derniers évènements d’actualité depuis les côtes normandes, deux excellents produits d’une nature très différente, apparaissent en haut de l’affiche: des perles et des coquilles.
Les premières sont ces stars du 44e Festival du cinéma américain de Deauville, qui après avoir traversé l’Atlantique, s’accrochent durant 10 jours aux planches de la cité balnéaire, comptant bien remporter succès et prix. Quant aux secondes qui présentent la particularité, rare dans le monde animal des coquillages, d’être munies de jusqu’à 200 yeux catadioptriques élémentaires, d’avoir des propriétés hermaphrodites et un prix, elles tiennent à conserver leur titre de délice des gastronomes dont nos pêcheurs consciencieux prennent grand soin.
Il ne manquait plus qu’un différend conduise des pêcheurs normands à s’opposer aux pêcheurs britanniques par une bataille navale, pour cause de différence de réglementation entre les deux pays. Les altercations impliquant cinq bateaux anglais et trente-cinq français qui se sont produites au large de la baie de Seine (Normandie), dans les eaux communautaires, accessibles à tous les navires de l’Union européenne (UE) avaient toutes les qualités requises pour figurer dans la série film d’aventure. Car la pêche à la coquille Saint-Jacques est en France strictement réglementée et n’est autorisée que du 1er octobre au 15 mai par arrêté ministériel**.
Sachant qu’il n’y a pas de perle sans coquille*, rien ne vous empêchera de déguster, durant la bonne période, quelques Saint-Jacques. Vous pourrez en même temps visionner un ou plusieurs des quatorze films en compétition à Deauville, souvent des premières œuvres qui une fois distribuées ne demandent qu’à être appréciées.
« La guerre de la coquille », une superproduction française réalisée par des pêcheurs normands souhaitant laisser à une ressource côtière et sédentaire le temps de s’épanouir pourrait remporter un vif succès. Mais les dernières perles du 7eme art made in USA plongées au fond de salles obscures ne seront pas en reste. Lire la suite

PAR TOUTATIS !

Il en est des notes d’humour greffées dans des déclarations officielles modèle Macron comme des tweets incendiaires « made in Trump ». Ca crée l’effet surprise et çà alimente réactions et polémiques.

Il faut reconnaître que l’impression qu’a donné notre chef de l’Etat du nouveau monde qu’il appelle de ses voeux , nous a ramené très loin en arrière, à l’époque où un ensemble de peuples protohistoriques habitait la Gaule.

En glissant un trait d’humour dans son discours prononcé devant la communauté française au Danemark, Emmanuel Macron a t’il voulu s’inspirer des propos rassembleurs récemment tenus par Barack Obama, à Johannesburg, en Afrique du Sud, lors de la commémoration du centenaire de la naissance de Nelson Mandela ?

L’ancien président des Etats-Unis avait en effet à cette occasion dénoncé toutes les formes de discrimination et souligné les avantages du vivre ensemble. En évoquant la diversité des origines des joueurs de l’équipe de France qui venait de remporter la Coupe du monde de football 2018, il avait lui-même déclaré : « Tous ces gars ne me semblent pas Gaulois… mais ils sont Français, bien Français !»

Le profil gaulois est donc cette année très en vogue. Lire la suite

TRANSITION ECOLOGIQUE CHERCHE CAPITAINE POUR MAINTENIR LE CAP

Depuis que Nicolas Hulot a annoncé quitter son poste au sein du gouvernement, de transition écologique il est plus que jamais question.
Dans la série : « Personne n’est irremplaçable » dixit Christophe Castaner, le passage de relais à celui ou celle qui saura par ses qualités propres incarner la politique environnementale du gouvernement, devrait être très vite connu. Il faudra néanmoins attendre le retour en France, jeudi, d’Emmanuel Macron, actuellement en visite en Finlande et au Danemark. Des noms de prétendants susceptibles de prendre la tête d’un ministère qui se trouve à la délicate croisée des chemins circulent. Il est vrai qu’on voit mal comment il en serait autrement, le président de la République ayant déclaré, début juin 2017, dans l’une de ses répliques à Donald Trump : « Make our planet great again !»
On aimerait également croire que les lobbys n’exercent, au grand jamais, de pressions pour obtenir gain de cause. Mais de là à penser un seul instant que les lobbys sont un pur produit de l’imagination apparaît pour le moins naïf. Bien que consciente d’une indispensable nécessité de reconversion, l’industrie pétrolière a toujours su se faire entendre. Et lorsqu’on y regarde de près, tous les secteurs d’activité, ont toujours su défendre leurs prérogatives en intervenant auprès de parlementaires au niveau national comme européen.
Concernant les moyens déployés, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, a beau rappeler que le ministère dirigé par Nicolas Hulot a bénéficié d’une augmentation de crédits de 850 millions d’euros en 14 mois – du jamais vu selon lui “depuis la création du ministère de l’Ecologie” sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing (1974-1981)- on constate que c’est le mot « transition » qui reflète bien la réalité. Lire la suite

HOLLA ! HULOT S’EN VA

C’est la première surprise de la rentrée. Ca s’est passé ce matin sur France Inter. Nicolas Hulot, ministre d’Etat et ministre de la transition écologique et solidaire a annoncé sa démission du gouvernement. Que de commentaires viendront alimenter ce départ d’un des ministres qui bénéficiait d’une solide cote de popularité auprès des Français. AWI qui se montrait confiant au vu des déclarations de ce dernier à la veille de la période estivale, doit reconnaître l’effet surprise de cette annonce que personne n’attendait au sein même de l’exécutif. Les mauvaises langues diront que le gouvernement d’Edouard Philippe va devoir se remettre au charbon. D’autant que la démission de Nicolas Hulot soulève une question essentielle : qui pourra lui succéder à la tête du ministère de l’Ecologie et sera véritablement en mesure de se battre contre vents et marées ? Lire la suite

EN ECONOMIE LE DEFAUT DE CROISSANCE OBLIGE A L’EQUILIBRISME

Annoncée en baisse en 2018, la croissance qui est aux économies ce que l’énergie est aux machines, apparaît montrer des signes de faiblesse notamment en France. Une tendance qui serait selon les observateurs amenée à s’amplifier en 2019. Ce phénomène qui apporte un sérieux démenti aux prévisions optimistes du début de l’année touche plus particulièrement la zone euro et le Japon.
C’est rageant,  mais c’est une réalité.
Pour trouver un cas qui se distingue au vu de ses performances, c’est vers les  Etats-Unis qu’il faut porter son attention. La croissance y a  en effet dépassé la barre des 4 % au deuxième trimestre 2018, son plus beau score en 4 ans.
La réduction des impôts a boosté la consommation des ménages au cours du deuxième trimestre, et les anticipations sur la taxation des exportations ont bel et bien dynamisé l’économie américaine.
De plus,  le plein-emploi et le moral d’acier des chefs d’entreprise, permettent, du moins à l’heure actuelle, à l’économie américaine de jouer dans le registre « Great again ».
De quoi réjouir l’administration Trump qui ne manque pas de faire valoir  l’influence des mesures fiscales prises depuis la fin 2017.
Si la France est amenée à revoir ses prévisions de croissance à la baisse pour 2019, avec 1,7% contre 1,9%, la plupart des pays de l’UE sont concernés par la décélération. Lire la suite

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE : SOUVENIRS DE CHAISE LONGUE

Photo: AWI/PG


Il faudra vous y faire : la séance chaise longue tire à sa fin. L’air automnal qui brise vos coeurs et commence à souffler ne trompe personne. De votre relaxation estivale, vous ne retiendrez que les meilleurs moments. Sauf à ce que vous fassiez partie de ceux qui échappent à la chaude période estivale de juillet et août et misent sur l’arrière saison pour se refaire une santé. Mais pour vous qui, très actifs, avez conscience que l’heure de la rentrée à sonné, il vous faudra retenir que ces appréciables moments chaise longue ne peuvent durer éternellement. Nostalgiques vous serez sans doute, mais empreints d’un dynamisme à toute épreuve vous témoignerez quels que soient votre activité professionnelle et vos projets personnels. Ce message ne s’adressent qu’à ceux qui doutaient encore de leur résilience. Très cool vous serez et demeurerez quoi qu’il arrive ! Lire la suite

EXTRACTION DU CHARBON : TRUMP ENFONCE LE PIC

Diffusée le 30 mars 2017, la chronique vidéo de Patrick Gorgeon, intitulée « Trump au Charbon » donnait déjà un clair aperçu de la politique énergétique et environnementale du 45e président des Etats-Unis. Dans ce domaine comme dans d’autres, Trump impose sa marque de fabrique politique en abrogeant tout ce qui a ses yeux va à l’encontre de son slogan de campagne  » Make America great again ». Lancé en 2015 par Barack Obama, le Clean Power Plan qui devait conduire le deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre derrière la Chine, à s’éloigner du charbon, est bel et bien enterré. Favoriser des sources d’énergie produisant peu de gaz à effet de serre et lutter contre le réchauffement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre de ce secteur de 32% par rapport à 2005 et d’ici 2030 n’est plus d’actualité. Du moins outre Atlantique ! Néanmoins comme nous le faisons remarquer récemment, ce qui s’apparente à un retour en arrière ne signifie pas pour autant que les Etats-Unis se détournent des énergies renouvelables. De nombreuses actions sont en effet menées dans certains Etats et des entreprises spécialisées apportent chaque jour la démonstration de leur savoir-faire dans ce domaine.
Mais en visitant l’une des plus grosses régions productrices de charbon, en Virginie-Occidentale, Donald Trump a conscience de donner satisfaction  à un électorat fidèle qui saura le soutenir lors des prochaines élections de mi-mandat, en novembre prochain. Redonner le sourire aux gueules noires, relancer  un secteur étant désormais en mesure, contre toute attente, de créer des emplois est une opération qui laissera des traces. Force est de constater que l’engagement que le président  Trump avait pris en 2016 durant la campagne présidentielle de relancer l’extraction de charbon est tenu. Quant aux mesures destinées à assurer le soutien des entreprises productrices qui  comptent encore quelque 60.000 salariés, elles  font le  bonheurs des uns mais aussi certainement le malheur de ceux qui misaient sur l’intérêt d’une véritable révolution énergétique. Lire la suite

UNE CRYPTOMONNAIE PEUT ELLE SAUVER L’ECONOMIE DU VENEZUELA ?

Capture d’écran 2018-08-20


La chronique audio diffusée, le 4 août 2016, sur la webradio webtv indépendante AWI sous le titre : « Le Venezuela dans la tourmente » était bien annonciatrice d’une crise économique et politique sans précédent. Il est vrai que depuis plusieurs années de nombreux facteurs contribuent à aggraver les difficultés que rencontre ce pays autrefois très riche qui tire 96 % de ses revenus du brut. Mais par manque de liquidités pour moderniser les infrastructures, sa production de pétrole s’est effondrée d’au moins la moitié en un an et demi. Selon l’OPEP, la production de brut est passée de 3,2 millions de barils par jour (mbj) en 2008 à 1,4 mbj en juillet dernier. Le président Nicolas Maduro a eu beau reconnaitre récemment un échec du modèle productif mis en place au Venezuela, les Vénézuéliens se montrent inquiets et lassés. Lire la suite

HOMMAGE A ARETHA FRANKLIN : A ROSE IS STILL A ROSE

L’annonce de la disparition de Aretha Franklin à l’âge de 76 ans, ne va pas sans provoquer une authentique émotion chez tous ceux et toutes celles qui savaient cette reine du soul dotée d’un incomparable talent et l’appréciaient. Lors de la 38e cérémonie des Kennedy Center Honors, le 29 décembre 2015, elle avait su tirer des larmes de Barack Obama, président des Etats-Unis, en interprétant magistralement son « (You Make Me Feel Like) A Natural Woman ». Tout au long de sa carrière, Aretha Franklin a collaboré avec les plus grands et a ensuite inspiré des générations d’artistes. La chanteuse de “Respect” a obtenu 18 Grammy Awards et 25 disques d’or au long d’une riche carrière entamée en 1956, qui a fait d’elle l’une des personnalités afro-américaines les plus connues.
Au fil de sa carrière, Aretha Franklin a accumulé les succès comme “I Say A Little Prayer”, “Chain of Fools”, “Think”, “(You Make Me Feel Like) A Natural Woman” ou l’inoubliable “Respect”, reprise d’un titre d’Otis Redding dont elle a fait un chant de ralliement du mouvement d’émancipation de la communauté afro-américaine mais aussi de la cause féministe.
Elle a chanté aux funérailles de Martin Luther King en 1968 et participé en 2009 à la première cérémonie d’investiture de Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis. Avec 33 albums studios et plus de 75 millions de disques à son actif, elle demeure l’artiste féminine ayant vendu le plus de disques vinyles de tous les temps. Son énergie, sa voix, son sens du rythme inégalable faisaient d’elle une icône intemporelle. Afin de rendre hommage à Aretha Franklin, AWI a choisi dans premier temps l’un des titres de son premier album original depuis 1989 « A Rose is Still a Rose » qui marqua son retour au devant de la scène en 1998, après une trop longue absence. L’occasion de constater que son ancrage contemporain avait su ne rien perdre de ses premières amours musicales teintées de gospel. Respect ! Une Rose reste une Rose. Cliquez ici pour consulter le clip vidéo

LE DRAME DE GÊNES ILLUSTRE CE QUE COÛTE LE LAXISME

L’effondrement d’une portion du tablier du pont Morandi long de 1,18 kilomètre, édifié à la fin des années 1960, sonne comme un sérieux avertissement concernant l’état d’un certain nombre d’ouvrages d’art (ponts et tunnels), mais également celui du réseau routier et autoroutier bien au-delà de la seule péninsule italienne.
Sans revenir sur la catastrophe qui a fait mardi, 38 morts dont 3 Français, force est de constater que de multiples facteurs sont susceptibles de contribuer à la fragilisation des infrastructures.
Si les ouvrages d’art récents bénéficient des dernières technologies en termes de conception de construction et de maintenance, ceux d’un autre âge, toujours en service, exigent une maintenance d’autant plus soutenue. Technique de construction, vieillissement, dégradation, manque d’entretien, trafic en forte augmentation, conditions climatiques particulièrement défavorables voire malfaçons, sont autant d’éléments qui peuvent conduire au pire. Lire la suite