OCTROI : C’EST PAS NOUVEAU ET CA REDEVIENT TENDANCE

Avec l’un de mes voisins, nous plaisantions encore récemment en observant ce qui fait figure de collector et veut qu’au pied de sa maison une borne indique l’emplacement d’un octroi.
Cette matérialisation de ce qu’il faut appeler plus simplement un poste de péage, placé à l’entrée de petites comme de grandes villes, a voulu que durant des siècles soient perçues des taxes destinées à accorder un droit d’entrée à tout mode de transport :charrettes à bras, fiacres, automobiles… les piétons se trouvant toutefois exonérés du paiement de ce droit d’accès. Présentes dès le XIIe siècle à Paris, les barrières d’octroi servaient à financer l’entretien des fortifications et les travaux d’utilité publique.
Or, en ce début de XXI siècle et du tout numérique, au vu des bruits qui circulent, ces pratiques moyenâgeuses pourraient bien faire leur retour et imposer aux conducteurs de véhicules légers et lourds de payer une taxe pour avoir le droit d’entrer intra muros.
Comme quoi les bonnes vieilles traditions ne se perdent jamais.
Pour les faire revivre, il suffit  d’utiliser un motif digne de ce nom ( embouteillages, pollution, santé publique. travaux d’aménagement…)  afin que des octrois qui n’ont disparu que le 1er août 1943 en France sous le gouvernement de Pierre Laval, refassent surface.
Grâce à cette obligation faite au quidam automobiliste et transporteur routier de payer un droit d’accès, les grandes villes mais aussi l’Etat vont ainsi pouvoir alimenter leur trésor. On ose imaginer ce que rapportera ce dernier dans certaines grandes villes, sans parler de Paris dont la traversée s’avère souvent incontournable, le boulevard périphérique n’étant pas non plus à l’abri de ce type de mesure.
La seule différence entre hier et aujourd’hui, c’est que les vignettes apposées sur les pare-brises permettront d identifier ceux qui devront s’acquitter du paiement de ce droit d’accès. Bien qu’il soit permis d’imaginer que seuls les véhicules 100% électriques échappent au prélèvement de ce nouvel impôt, plus votre véhicule sera lourd et polluant, plus le montant de votre contribution obligatoire sera élevé.
Remarquez, lorsque vous empruntez une autoroute, il y a belle lurette que vous ne vous posez plus la question de savoir si ce que vous payez est véritablement équitable et justifié.
Et puisque vous avez pris l’habitude de régler votre droit de circuler sur grands axes autoroutiers, pourquoi seriez-vous surpris qu’il en soit de même à l’entrée de nos joyaux urbains ?
C’est peut–être notamment ainsi que nous allons véritablement entrer dans le nouveau Moyen-âge dont de nombreux écrivains parmi lesquels Jacques Attali se sont faits l’écho.
Une chronique audio à octroi pourquoi pas ?AWI porteuse d’une totale indépendance en matière d’information a vraiment besoin de votre aide pour poursuivre son chemin !

Après avoir écouté la chronique audio vous donnerez ce qu’il vous semblera bon