AWIK-END MUSIC WITH THE ART OF NOISE

Allez comprendre pourquoi l’Awik-end music a cédé au « Moments in Love » ? Un parfum d’été, une envie de prendre  un peu de recul, de déconnecter des turbulences de l’actualité nationale et internationale. Histoire de conserver néanmoins les yeux ouverts et de donner aux oreilles ce qui fait vibrer leurs tympans, c’est à une ballade planante que vous êtes invités. The Art of Noise est un groupe britannique de musique new wave qui a vu le jour à Londres en 1983. Créé par le journaliste Paul Morley et le producteur Trevor Horn ainsi que des musiciens de studio Anne Dudley, Gary Langan et J.J. Jeczalik, la formation est originale à plus titre.
La plupart des compositions instrumentales sont des collages mélodiques originaux et intelligents, fondés sur la technologie d’échantillonneur numérique (sampler), qui était nouvelle à cette époque. Trevor Horn fût d’ailleurs l’un des tout premiers à acquérir un Fairlight CMI (Computer Musical Instrument), échantillonneur largement utilisé par le groupe ensuite.
Art of Noise a été remarqué pour l’utilisation de l’électronique et des ordinateurs, en particulier la technique  innovante de l’échantillonnage. Le nom du groupe fait référence à l’essai « L’arte dei Rumori » du peintre et compositeur futuriste italien Luigi Russolo. Laissez-vous porter çà ne peut que vous faire du bien. On se  détend ! Et pour cela cliquez ici

AWIK-END MUSIC – AU POETE JACQUES HIGELIN DISPARU


Son fils dit Arthur H était l’hôte de l’Awik-end Music, il n’y a que quelques semaines. Mais aujourd’hui c’est le père Higelin, Jacques de son prénom, qui se trouve lui succéder pour s’en être allé vendredi sans crier gare.
Bien sûr lui même affirmait : “La mort est le berceau de la vie, ça ne me fait pas peur”. Mais la tristesse qui était la sienne de voir partir les poètes, nous sommes aujourd’hui amenés à la partager.
Admirateur de Charles Trénet, Sidney Bechet, Georges Moustaki, Boris Vian, Barbara, notamment, il aimait le jazz et avait enregistré ses premières chansons en 1966 avant de devenir l’un des chanteurs les plus populaires de la scène rock dans les années 80 avec « Tombé du ciel ». C’était aussi un acteur et un écrivain.
Il défendait bien des causes justes et était animé de cet humanisme qui tend à disparaître. De sa vision poétique des choses de la vie mêlant humour et sacarsme qu’il savait interpréter dans son propre langage parfois frappé d’un semblant de folie, nous gardons en mémoire la substantifique moelle.
On a du mal à s’y faire, mais il en est ainsi. L’artiste continuera donc à exprimer sa fougue et ses sentiments dans l’au-delà et ses ballades parfois rageuses resteront accrochées au temps qui passe et ne s’arrête jamais.
Il nous reste à verser « Champagne » en séquence vidéo pour que Jacques Higelin compositeur, interprète, comédien, écrivain, poète, ne s’éloigne pas trop de nous en ces temps dépoétisés.
Une façon comme une autre de nous rappeler le rôle qu’il avait joué dans un film d’Henri Fabiani tourné en 1959 intitulé : “Le Bonheur est pour demain”. Ce qu’on ne peut que souhaiter, surtout si on se trouve en mal d’inspiration ! Cliquez ici pour consulter le clip vidéo enregistré en 2007 au Bataclan

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – DU BOIS DONT ON FAIT DE BONS REFUGES

En apprenant jeudi par le biais de l’Agence Internationale de l’énergie (AIE) que la plus forte baisse des émissions de CO2  enregistrée ces derniers temps est imputable aux Etats-Unis, pour cause de développement accéléré des énergies renouvelables, on pouvait croire à une farce et imaginer qu’il y a avait « Trumperie ». Or c’est prouvé ! Donald jouerait-il un double jeu en s’affichant chaud défenseur des énergies fossiles ? Quoi qu’il en soit, c’est en l’occurence une entreprise lyonnaise donnant dans la cabane au fond des bois et pas seulement au Canada, mise à l’honneur par le quotidien Les Echos  qui a retenu notre attention cette semaine. Huttopia, spécialiste français du « glamping » compte en effet développer son écolo-concept  aux Etats-Unis avec la construction d’un premier  village  dans le New Hampshire. Le terme glamnping qui est un mot-valise issu de la contraction de « glamour » (glamorous) et de « camping » a bel et bien le vent en poupe. Cette Awi-image s’adresse à celles et ceux qui ont toujours rêvé de séjourner dans une « cabane » en bois au fond des bois, aspirent à être plus proche de la nature mais ne sauraient se priver de conditions aussi originales qu’agréables en termes d’hébergement. D’autant qu’il n’est nullement nécessaire de traverser l’Atlantique pour goûter aux joies du concept, plusieurs sites glamping étant en mesure d’accueillir en France les adeptes du genre qui ne sont pas obligatoirement survivalistes dans l’âme. Lire la suite

L’AWIK-END MUSIC WITH PUSSY RIOT

Photo : Denis Bochkarev


Vous avez senti d’où venait le vent ? De Russie !
Il n’est pas toujours facile de dénicher une ponctuation musicale ayant un lien avec l’actualité la plus chaude de la semaine. C’est d’ailleurs ce qui fait l’intérêt de la démarche ! Saisis par le nouveau courant d’air froid Moscou-Paris, vous ne trouverez aujourd’hui pour vous réchauffer ni l’extrait du bouillant concert donné par le groupe Pussy Riot sur la place Rouge devant le Kremlin, ni celui qui eut lieu à l’intérieur de la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou le 21 février 2012. D’autant que ce dernier avait valu à trois jeunes femmes du groupe d’être arrêtées, emprisonnées, jugées et finalement libérées.
Il nous a cependant semblé que la programmation du clip vidéo de l’une de leurs chansons dont le titre « Straight Outta Vagina » se veut révélateur d’un féminisme outrancier, avait de bonnes raisons de figurer à l’occasion de cet Awik-end music. En marge de leur parcours particulièrement mouvementé, les Pussy Riot sont apparues en 2015 dans leur propre rôle dans un épisode de la 3e saison de la série House of Cards. En dehors du soutien apporté par Madonna à deux figures emblématiques du groupe présentes lors d’un concert aux Etats-Unis, le style contestataire hard de Pussy Riot a su créer le buzz. Il vous appartiendra de juger si vous êtes ou non choqués par ce type de revendication en mode musical qui soi-dit en passant n’est pas mal du tout. Vouloir se faire porte-parole de droits à l’égalité des sexes comme vouloir dénoncer des abus de pouvoir de toute nature n’est jamais sans risques, en dépit de la pertinence et de la légitimité que peuvent avoir nombre de revendications et manifestations récurrentes. En ce 18 mars, jour de l’élection ou plus certainement de re-élection du président de la Fédération de Russie, la diffusion de ce clip vidéo n’a rien d’un poison. Cliquez ici pour consulter le clip vidéo

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – DE RUSSIE IL EST QUESTION !

Lors de l’inauguration du Salon Livre qui se tient jusqu’au 19 mars 2018 à Paris, Porte de Versailles, l’évitement par Emmanuel Macron du stand russe est assez regrettable. La Russie et le peuple russe ne se résument pas au seul profil de Vladimir Poutine qui sera sans aucun doute reconduit pour 6 ans à la tête de son pays avant qu’un autre homme ou femme ne lui succède.
La Russie est en effet porteuse depuis des siècles d’arts et d’une culture trop souvent méconnus. Bien entendu, tout le monde connaît ou du moins a entendu parler de quelques grands auteurs comme Tolstoï, Tchékhov, Tourgueniev, Boulgakov, Essine, Gorky voire Maïakovski.
Mais la Russie compte  également, comme tous les pays, ses auteurs contemporains parmi lesquels figurent notamment des écrivains et écrivaines comme Boris Akounine, Elena Arseneva, Vassili Axionov, Lyudmila Oulitskaïa.
Se montrer ouvert sur le monde ne doit donc pas se limiter à la seule personnalité de dirigeants politiques mais bien au contraire rendre curieux de ce que disent, écrivent voire interprètent sous d’autres formes: musique, danse théâtre,cinéma, arts plastiques…celles et ceux qui témoignent de leur originalité et talent.
En choisissant d’illustrer l’Awi-Mage de la semaine avec une photo-montage montrant un portrait de Vladimir Poutine en visage d’une poupée russe, l’allusion au résultat des élections qui ont lieu ce dimanche est évidente. Elle invite néanmoins à découvrir ce qui se trouve à l’intérieur de cette dernière et n’a aucune raison d’être proscrit, conscient que des hommes et femmes russes qui expriment et traduisent sous des formes très différentes leur pensée et art méritent quoi qu’il en soit d’être connus et consultés. Chacun restant libre d’apprécier ou non les fruits de leurs modes d’expression. Sans illusions perdues et sans aucune naïveté concernant l’affaire Skripal, AWI prône l’honnêteté et le maintien du dialogue en s’appuyant sur cette formule de Honoré de Balzac: “L’égoïsme est le poison de l’amitié  » avant d’ajouter : « entre les peuples » Lire la suite

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – BELLE IDEE & BELLE DEESSE !


On pouvait difficilement imaginer plus belle résurrection et représentation de l’une des stars de la marque Citroën créée au milieu du XXe siècle. Que l’on qualifie cette dernière de belle ID ou de belle DS, les aficionados de la marque reconnaîtront qu’il s’agit bien là d’un Top modèle emblématique. Dessinée par le sculpteur et designer italien Flaminio Bertoni en collaboration avec André Lefebvre, ingénieur issu de l’aéronautique, et l’ingénieur hydraulicien Paul Mages, cette automobile fût révolutionnaire à plus d’un titre. Lire la suite

AWIK-END MUSIC WITH YOUN SUN NAH

Il y a des moments où certains évènements d’une actualité brûlante prennent le dessus. Comme on aime à le rappeler  :  » Il faut savoir se réjouir des bonnes nouvelles ». En acceptant l’invitation du leader nord-coréen, transmise jeudi par une délégation de Corée du Sud à la Maison-Blanche, le président américain remporte une bonne note et calme une tension qui devenait palpable au niveau mondial. La rencontre entre Kim-Jong-un et Donald Trump devrait avoir lieu d’ici le mois de mai sans qu’on sache encore où. Pour avoir clairement misé dans plusieurs chroniques sur le potentiel diplomatique que pouvaient représenter les JO d’hiver de PyeongChang qui ont notamment permis le rapprochement des deux Corées sur fond de mondialisation du sport, cet Awik-end music se devait de faire écho à une voix coréenne orientée jazz. Après avoir consacré, le 18 février dernier, ce temps musical à Hyon Song-wol, chanteuse nord-coréenne, c’est Youn Sun Nah chanteuse sud-coréenne qui vient cette semaine ponctuer un apaisement des tensions dans la péninsule qui résonne bien au-delà de l’Asie orientale. Cette chanteuse Coréenne est pour le moins surprenante pour ne pas dire suffocante. Un vrai phénomène sachant user des pouvoirs du scat, aussi bien que le faisait avant elle Ella Fidgerald. En la voyant et en l’écoutant, il vous faudra prendre une profonde respiration et retenir votre souffle. Surtout avec ce morceau « Momento magico » où elle livre entourée d’excellents musiciens, une prestation vocale de très haut niveau. Un talent qu’elle doit certainement en partie à un père chef de chœur et à une mère actrice de comédies musicales. En 1995, Youn Sun Nah avait choisi Paris puis Beauvais pour étudier la musique et le chant. De bons choix qui lui ont permis de recevoir de nombreux Prix, allant même en marge de ses albums et concerts jusqu’à se voir remettre le titre de Chevalier des Arts et des Lettres. Une véritable partition de vie rythmée qui ne manque pas de voyager entre Paris et Séoul. En 2012, le gouvernement coréen lui avait décerné un prix spécial pour sa contribution à la culture populaire et aux arts.
Au printemps 2013, la sortie de son troisième album pour le label ACT, intitulé Lento, avait donné lieu à une nouvelle tournée internationale en France, en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. On en peut qu’encourager Youn Sun Nah à poursuivre son swing parcours propre à créer l’enchantement et encourager la paix. Cliquez ici pour consulter la séquence vidéo

AWIK-END MUSIC WITH THE FRENCH JAZZ RIVER TRIO

Photos : Philippe Marzat


Si vous ne le connaissiez pas encore, l’Awik-End Music vous invite à découvrir le Jazz River Trio. Créé en 2014, il réunit dans son dernier album baptisé « SHAKE IT » trois compères musiciens qui s’accordent parfaitement. Bertrand Tessier, saxophoniste ténor; Stéphane Borde, guitariste et joueur de banjo; Fred Dupin, musicien très polyvalent, aussi à l’aise à la trompette qu’au tuba et mini washboard, font revivre un jazz aux profondes racines qui témoigne, grâce à eux, de ces floraisons rythmiques qui se jouent du temps et des courants d’airs musicaux. Portés par leurs talents respectifs de musiciens voire de compositeurs sachant naviguer dans l’interprétation de styles très différents : du jazz New-Orleans à l’improvisation jazz, en passant par la Salsa, le Reggae, le Funk voire les variétés, ils expriment rythmiquement la passion qu’ils partagent et savent communiquer autour d’eux ! Afin de vous faire entrer dans leur univers, le morceau intitulé :  » Chinatown, my Chinatown » composé par Jean Schwartz, qui s’adresse à vos oreilles, est extrait de leur dernier CD.  Pour un plongeon dans un Jazz qui résonnait déjà très fort à la grande époque. Un Jazz qui ne demandait que la complicité de trois jeunes musiciens français en mesure de livrer des arrangements imaginés de toute pièce, sans trahison ni fausse note. Pour un effet boeuf ! Cliquez ici pour lancer le player audio et écouter le JAZZ RIVER TRIO

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE : QUAND UNE BÛCHE FAIT DE L’OEIL

Photo:AWI/Pg


Après le Moscou-Paris qui a fait régner durant quelques jours voire semaines un froid glacial sur l’Europe, faisant grelotter l’Hexagone, y compris dans les chaumières, l’Awi-Mage de la semaine se devait d’illustrer au mieux l’évènement météorologique. L’occasion de vous faire découvrir ce curieux phénomène qui a voulu qu’une bûche posée sur braises rougeoyantes ait choisi de se manifester en faisant un clin d’oeil au foyer. Pour saluer l’approche du printemps qui pointera le bout de son nez le 20 mars, on ne pouvait imaginer plus belle et réjouissante expression de ce bois de chauffe qui s’est montré particulièrement chaleureux. En se consumant ainsi, il lègue à des essences plus nobles le pouvoir de préserver l’environnement et d’apporter aux hommes de précieux services. C’était aussi la semaine de la poésie sur AWI. Eh oui ! Clin d’oeil

PIERRE JOVANOVIC AUTEUR D’ UN LIVRE REVELATEUR DU DESSOUS DES CARTES D’UN EPISODE TRAGIQUE DE NOTRE HISTOIRE

A l’occasion de la séance de dédicace qui s’est déroulée, le samedi 24 février à Lisieux ( Calvados), pour son dernier ouvrage intitulé  » Adolphe Hitler ou la vengeance de la planche à billets » paru dernièrement aux éditions Le Jardin des livres, Pierre Jovanovic, journaliste et écrivain, est aujourd’hui l’invité d’AWI. En découvrant ce que ce dernier révèle, vous risquez fort de tomber de haut ! Déjà auteur de nombreux ouvrages dont le dernier en date : » L’histoire de John Law, auteur de la première planche à billets qui a ruiné la France et continue à ruiner le monde aujourd’hui », Pierre Jovanovic qui est parvenu à mettre la main sur un rapport confidentiel de l’OSS devenu CIA, renchérit. Alors qu’on pouvait estimer ne plus avoir grand chose à apprendre de la personnalité et de l’ascension au pouvoir du dictateur qui a conduit l’Allemagne aux pires exactions durant la seconde guerre mondiale, les révélations que distille avec maestria Pierre Jovanovic dans son livre concernant entre autres l’usage de fausse monnaie, ont de quoi surprendre les plus avertis voire désabusés des observateurs de scandales politiques et financiers que rien ne semble pouvoir définitivement éradiquer. Comment un clochard dont le grand-père était juif a t’il pu devenir un tyran aussi calculateur ? Sur quoi a reposé sa stratégie de conquête du pouvoir ? La fausse monnaie émanant des Banques centrales et des divers organismes bancaires ayant pignon sur rue est-elle à l’origine des pires évènements de l’Histoire ? A ces questions, Pierre Jovanovic apporte des réponses sonnantes et trébuchantes sur la base de documents aussi authentiques qu’explicites, longtemps restés confidentiels. Son livre n’est pas sans rappeler l’ouvrage signé Pierre Accoce et Pierre Rentchnick publié en 1996 sous le titre  » Ces malades qui nous gouvernent » qui avait alors fait sensation. Car tout tend à démontrer que nous ne sommes pas à l’abri d’un bis repetita. En écoutant l’interview, vous allez en avoir pour votre argent ou plus exactement votre fausse monnaie !Et serez sans aucun doute amenés à vous procurer au plus vite le livre en question. Il vous suffit de cliquer ici pour accéder au player audio et écouter l’interview