actualités intervews, reportages, chroniques, débats...

AWIK-END MUSIC WITH CHRISTINE AND THE QUEENS

Christine and the Queens ou Chris est le nom de scène d’Héloïse Letissier, une chanteuse, auteur-compositrice-interprète et pianiste française née le 1er juin 1988 à Nantes. Sa voix et son rythme ne sont pas sans rappeler certaines chanteuses qui ont marqué l’univers musical made in France il y a quelques années, mais son style demeure néanmoins original et plaisant.
Dès la sortie de son premier album Chaleur humaine, elle connaît le succès en 2014. Nommée à cinq reprises aux Victoires de la musique 2015, elle obtient deux récompenses, dont celle de l’artiste interprète féminine de l’année.
En 2016, l’édition française du magazine Vanity Fair la classe comme la Française la plus influente du monde. Parmi ses influences on peut citer Christophe et Pina Bausch, mais aussi David Bowie et Michael Jackson, dont elle s’inspire fortement pour son jeu de scène et ses pas de danse. Elle adopte un look androgyne, chantant le plus souvent vêtue d’un costume de coupe masculine Carr. Elle « revendique le droit de ne pas se définir dans son genre comme dans sa sexualité ». Interviewée par le magazine Elle, cette jeune femme se définit comme une pansexuelle. L’occasion de découvrir Christine and the Queens si vous ne la connaissiez pas encore. Cliquez ici pour écouter

L’AWI MAGE DE LA SEMAINE – D’UN NOUVEAU PONT IL EST QUESTION

Sauf à refuser de prendre la Pentecôte, il apparaît difficile de faire plus pertinent en matière de pont ! D’où ce regard porté sur l’un des évènements de la semaine.
Visiblement, Vladimir Poutine, président de la Russie, affichait une mine réjouie et une allure décontractée en inaugurant, le 15 mai, au volant d’un camion, le pont de 19 kilomètres qui relie désormais la Crimée à la Russie et devient le plus long d’Europe.
Un ouvrage d’art dont le coût estimé à 228,3 milliards de roubles (2,9 milliards d’euros à l’époque) a sans aucun doute été largement dépassé. Lire la suite

CES UNIVERSITES DONT SORTENT LES ACTEURS DU FUTUR

Pour la troisième année consécutive, l’université privée de Stanford a été reconnue comme la plus innovante au monde. Fondée à la fin du XIXe siècle par le magnat des chemins de fer, gouverneur et sénateur de Californie Leland Stanford et sa femme, Jane Stanford, son rang témoigne à la fois de la détermination des étudiants inscrits et de la qualité de l’enseignement dispensé. Cette université américaine réputée, fort séduisante au premier regard, affiche des résultats qui lui permettent de creuser l’écart avec d’autres universités cotées de par le monde. Lire la suite

SINGAPOUR EMBLEMATIQUE D’UN ESPOIR DE RETOUR A LA RAISON

Photo: A. Marchand


Le choix de Singapour où se tiendra le 12 juin la rencontre entre Donald Trump, Président des Etats-Unis et Kim Jong-un, Dirigeant suprême de la République populaire démocratique de Corée, offrira t’il l’occasion de sceller un accord historique de paix et de redorer l’image négative que se sont taillés ces deux chefs d’Etat sur la scène internationale ?
La chronique vidéo vous en dit plus ! Cliquez ici pour consulter la chronique vidéo

AWIK-END MUSIC WITH Dr. F. JAMES CLARK & THE NEXT GENERATION CHOIR

Dr F. James Clark, pasteur principal de l’église Shalom (ville de la paix) à St. Louis, donne la priorité à la prochaine génération de jeunes adultes dans son ministère prospère et dans toute la région du Midwest à travers The NextGeneration Choir. N’ayant pu procéder la diffusion d’une interprétation du très fameux   » Blessing me »  c’est avec  « You Are »  qu’il nous a semblé intéressant de vous faire découvrir ce groupe de gospel  en ce dimanche 13 mai. De quoi vous donner envie d’en savoir plus. Cliquez ici pour consulter le clip vidéo

REMEMBER ! FEDERICA MOGHERINI PARVIENT A UN ACCORD HISTORIQUE SUR LE PROGRAMME NUCLÉAIRE IRANIEN


Comme en témoigne cette image, nous avions à l’époque toutes les raisons de nous réjouir ! Parce qu’il faut savoir se souvenir de ces grands moments encourageants qui ont marqué l’Histoire, AWI se devait de rediffuser aujourd’hui la chronique mise en ligne le 14 juillet 2015. L’accord historique sur le nucléaire iranien qui venait d’être signé augurait d’un heureux dénouement fruit de plus de dix années de pourparlers.
Le texte de présentation de la chronique audio était le suivant :
« En désignant en septembre 2014, le Premier ministre polonais Donald Tusk à la présidence du Conseil européen et Federica Mogherini, ministre italienne des Affaires étrangères, au poste de Haut Représentant de l’UE pour la politique étrangère et de sécurité commune, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne ne s’y sont pas trompés.
A 57 ans, le chef du gouvernement polonais avait succédé le 1er décembre au Belge Herman Van Rompuy au poste de président du Conseil européen.
Quant à la ministre italienne, âgée de seulement 41 ans, elle allait devenir le 1er novembre Haut Représentant de l’UE pour la politique étrangère et de sécurité commune, fonction inaugurée il y a cinq ans par la Britannique Catherine Ashton, par ailleurs vice-présidente de la Commission européenne.
Avec la crise grecque pour l’un, le programme nucléaire iranien pour l’autre, ces deux pointures ont su apporter une solide démonstration de leurs compétences au regard des dossiers particulièrement  délicats et complexes qu’ils ont dû gérer depuis leur entrée en fonction. Le succès remporté par Federica Mogherini, qui n’était pas donnée gagnante au départ, méritait que cette femme soit mieux connue. Car en parvenant à la signature d’un accord sur le programme nucléaire de Téhéran qui permettra une levée des sanctions économiques pesant sur la République islamique, il devrait ainsi être mis fin au climat délétère qui empoisonnait depuis douze ans les relations internationales. Il s’agit sans conteste d’une victoire de la diplomatie ». Par ailleurs, l’émission proposée en février 2016 sous le titre  » QUAND L’IRAN TEMOIGNE UNE VOLONTE D’OUVERTURE ET DE DIAlOGUE » avait permis à Patrick Gorgeon d’interviewer Monsieur Ali Ahani, Ambassadeur de la République Islamique d’Iran à Paris depuis 2012.
Cette intervention faisait suite à la récente visite à Paris, du Président iranien, Monsieur Hassan Rohani. Instructive à plus titre cette interview exclusive apporte un éclairage saisissant après la déchirure par Donald Trump de l’accord nucléaire iranien. Car par sa décision unilatérale, le 45e président des Etats-Unis, brise les espoirs de ce que le président Rohani qualifiait lui même « de long chemin à parcourir ». Cliquez ici pour écouter la chronique audio du 14 juillet 2015

FACE AU RETRAIT DES ETATS UNIS DE L’ACCORD NUCLEAIRE IRANIEN L’EUROPE SE SERRE LES COUDES

Ceux qui ont pu regarder l’intégralité de la déclaration faite le 8 mai par Donald Trump depuis la Maison Blanche pour annoncer le retrait des Etats-Unis de l’accord nucléaire signé avec l’Iran en 2015 à Vienne, ont pu remarquer une chose. Ce dernier affichait une petite mine !
Et les réactions à cette décision ne se sont pas fait attendre.
Alors que le 9 mai est la journée de l’Europe, célébrant la paix et l’unité sur le continent en mémoire de la déclaration Schuman du 9 mai 1950, L’Union européenne n’a pas tardé à réagir.
Cette dernière qui compte encore parmi ses Etats membres le Royaume Uni a en effet déclaré par voie d’un communiqué conjoint qu’elle continuera à respecter l’accord sur le programme nucléaire iranien dénoncé mardi par les Etats-Unis et s’assurera qu’aucune des sanctions européennes levées depuis son entrée en vigueur ne sera rétablie.
C’est sans doute l’occasion pour l’Europe de porter un message encourageant susceptible de redorer son image, en attendant de voir comment se traduira concrètement cette volonté de poursuivre malgré tout d’étroites relations avec l’Iran.
AWI vous en dit plus. Cliquez ici pour écouter la chronique de Patrick Gorgeon

L’ACCORD SUR LE NUCLEAIRE IRANIEN N’ETAIT PAS PARFAIT MAIS RESPECTE


12 années de discussions auront été nécessaires pour parvenir à cet accord historique sur le nucléaire iranien signé en 2015 par Téhéran avec les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne.
Mais en ce mardi 8 mai 2018, l’ambiance diplomatique était pour le moins tendue avant que Donald Trump ne fasse officiellement part depuis la Maison Blanche de sa décision de rompre ledit accord et de rétablir les sanctions appliquées précédemment. Lire la suite