actualités intervews, reportages, chroniques, débats...

AWI RESTE « IN » AVEC L’ANNONCE DU PROCHAIN ESSAI EN LIVE DE LA F-PACE JAGUAR

Avant de vous inviter à découvrir, courant juillet, l’essai en live du nouveau F-PACE Jaguar, nous avons estimé utile de reprendre l’une des informations relatives aux réactions des constructeurs automobile présents au Royaume-Uni à la suite du référendum qui s’est traduit par la victoire du « Leave ».
Jaguar Land Rover est en effet le principal constructeur britannique qui emploie 25.000 personnes en Angleterre.
Une dépêche de l’agence Reuters rapportait, il y a peu, que ce dernier avait tenté de rétablir un certain calme dés le lendemain du référendum en assurant que « rien ne changera pour nous, ou pour l’industrie automobile, du jour au lendemain ». Toutefois, des sources citant des documents internes avaient déclaré, la semaine précédente, que la filiale de l’indien Tata estimait qu’en cas de Brexit son bénéfice annuel se trouverait amputé d’un milliard de livres en quelques années.
Lors d’une séance de questions au Parlement britannique le 28 juin, le ministre britannique des Entreprises Majid Javid a précisé que la victoire du « Brexit » entrainera quelques défis à court terme pour les entreprises britanniques, tout en offrant des opportunités à moyen et long termes, y compris pour le secteur automobile.
Dans un récent communiqué, « Jaguar Cars Ltd », marque automobile britannique rachetée par l’indien Tata Motors en 2008, souligne que la F-PACE, conçue, développée et assemblée au R.U., a trouvé plus de 3.000 acheteurs à l’international.
Cette nouvelle sportive familiale qui entre dans la catégorie crossover enregistre le plus fort niveau de ventes de l’histoire de Jaguar.
En France, la Jaguar F-PACE connaît le même engouement, avec 311 unités livrées depuis le lancement le 12 mai en concessions.
De quoi justifier votre curiosité et l’intérêt du prochain essai en live de la F-PACE Portfolio V6 3L Diesel 300ch BVA 4 Roues motrices qu’il vous sera possible de suivre prochainement, la photo de cette dernière, d’ores et déjà visible sur la webradio webtv indépendante AWI, visant à vous mettre en appétit.
Et comme AWI fait bien les choses, une British gourmandise baptisée « After Brexit », à déguster dés samedi sur AWI, vous sera offerte pour vous permettre de patienter. Lire la suite écouter l’émission

FLEGME BRITANNIQUE POST BREXIT : WHAT ELSE ?

David Cameron, Premier ministre britannique, qui répondait lundi aux questions des députés à la Chambre des communes, s’est montré à la fois très serein et très déterminé. En dépit de questions parfois embarrassantes, il a su répondre en peu de mots, sans trahir le fond de son action et de sa pensée. Et hier en se rendant à Bruxelles, il savait devoir s’expliquer sur la conduite que compte observer son pays plongé après Brexit dans une demande de divorce à effets rebonds émanant des 27 autres pays membres de l’Union européenne. Mais il ne s’est pas démonté pour autant. Il a réaffirmé à ses interlocuteurs ce qu’il avait déjà clairement dit la veille, à savoir qu’il refusait tout recours à l’article 50 visant une sortie rapide de la Grande Bretagne de l’UE et, qu’il excluait catégoriquement l’idée consistant à procéder à un second référendum, le vote des Britanniques du 23 juin devant avant tout être respecté.
Habile, après avoir remis sa démission, il laisse à son successeur le soin de s’atteler aux tâches délicates qui l’attendent, la nomination de ce dernier devant intervenir avant le 2 septembre.
De quoi agacer certains chauds partisans d’une sortie rapide du Royaume-Uni comme la France et l’Italie, l’Allemagne adressant par la voix de Angela Merkel un message de fermeté, sans toutefois lancer d’ultimatum. Lire la suite écouter l’émission

POST BREXIT ET INCERTITUDES

Trompés par les sondages, trahis par les places boursières, dupés par des déclarations de politiques de tous bords, les Britanniques mais aussi par voie de conséquence, les Européens dans leur ensemble, se trouvent pris depuis le 24 juin, dans la tourmente post Brexit qui survient à un très mauvais moment.
Les Bourses européennes ont une nouvelle fois terminé en net repli lundi. Après avoir perdu 8,04% vendredi, le CAC 40 qui a lâché plus de 3% en séance, a clôturé sur une chute de 2,97% .
Plombé par les financières, Wall Street creusait ses pertes au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones abandonnant 1,42% et le Nasdaq 2,3%.
La livre sterling, a pour sa part cédé jusqu’à près de 4% face au dollar pour inscrire un nouveau plus bas depuis 1985 à 1,3122 dollar. Sur le marché obligataire, le rendement des obligations britanniques à dix ans est tombé pour la première fois sous la barre de 1%.
La livre perd aussi 2,5% face à l’euro et plus de 3,5% contre le yen.
L’euro s’est également déprécie de 0,9% par rapport au billet vert, autour de 1,1015 dollar.
A 46,73 dollars, le baril de Brent n’est pas en reste.
Poussé avec insistance vers la sortie par les 27 pays membres en tête desquels, la France et l’Italie, le Royaume-Uni, sonné par le coup du « Leave » donne à en découdre aux europhiles dans une ambiance particulièrement délétère.
Graham Grady, président d’une commission parlementaire fixant les règles de fonctionnement du Parti conservateur a annoncé que la nomination du nouveau Premier ministre britannique aurait lieu d’ici le 2 septembre.
Lors de la séance des questions à la chambre des Communes, pressé de nombreuses fois par des députés d’organiser un second référendum, David Cameron, Premier ministre démissionnaire, a répété à plusieurs reprises que cette hypothèse ne pouvait pas être retenue, soulignant que les résultats du référendum devaient être respectés.
David Cameron a également indiqué qu’il n’entendait pas, à ce stade, invoquer l’article 50 du traité de Lisbonne après le référendum sur le Brexit, ajoutant que cette décision ne pourrait être prise que par son successeur au 10 downing Street.
Les négociations relatives au départ de la Grande Bretagne de l’Union européenne doivent selon lui être menées sereinement. David Cameron a confirmé qu’il entendait prendre son temps, souhaitant que les relations économiques avec les Vingt-Sept restent les plus fortes possibles.
Il a fait observer qu’il existait différentes visions concernant l’impact du Brexit sur l’économie britannique.
David Cameron doit participer mardi à un Conseil européen au cours duquel il devra exposer la position de son gouvernement. L’incertitude est donc au top level. Lire la suite écouter l’émission

DE L’EMPRESSEMENT DE LA FRANCE A JOUER BREXIT

Le référendum du 23 juin 2016 qui avait pour but de donner aux Britanniques la possibilité de se prononcer pour ou contre un Brexit, fera date dans l’histoire de l’Europe. Ce chapitre sera d’ailleurs très certainement inscrit dans les prochains livres d’histoire comme l’un des événements marquants du XXIe siècle. Mais de nombreux épisodes restent à écrire.
Si la chancelière allemande Angela Merkel a appelé vendredi 24 juin les 27 États de l’Union européenne à ne pas prendre de décisions trop « rapides et simples » et à se donner le temps de la réflexion, le président François Hollande a pour sa part demandé au Royaume-Uni d’enclencher le processus de sortie rapidement. Une ligne de conduite que le ministre des affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a confirmée dans une interview accordée au Parisien, samedi 25 juin, ce dernier allant jusqu’à demander à ce qu’un nouveau premier ministre britannique soit désigné d’ici « quelques jours »
Pourquoi tant de précipitation côté français ? Lire la suite écouter l’émission

BRITAIN VOTES FOR BREXIT

En votant à hauteur de 52% en faveur du Leave, les Britanniques viennent, à l’occasion du référendum, de jeter un pavé dans la mare européenne. Des réactions assez vives sont à attendre sur les places boursières qui avaient hier donné le Remain gagnant. La victoire du camp du « Out » est un coup de massue pour le Premier ministre David Cameron, qui a engagé sa légitimité dans le référendum et fait campagne pour le maintien dans l’Union tout en laissant libres certains membres de son gouvernement de prendre le parti inverse. La Livre est en chute de plus de 10%. Chacun est conscient qu’il s’agit avec ce référendum d’un événement historique dont les conséquences seront multiples. Le résultat témoigne également que la chronique proposée en début de semaine sous le titre: » L’Europhobie pourrait-elle être de retour ? » qui dénonçait le poids et la portée des sondages avait vu juste. Le Premier ministre britannique David Cameron va démissionner
Boris Johnson part favori pour lui succéder. Le CAC 40 a affiché un repli de plus de 10% ce matin. AWI revient avec de nouvelles informations. Lire la suite écouter l’émission

FAUT IL S’ATTENDRE A UN D’ DAY POUR LA GRANDE-BRETAGNE ET POUR L’EUROPE ?


Demain sera un grand jour pour la Grande-Bretagne et pour l’Europe. Un véritable « D Day », la perspective d’un possible débarquement de ce pays membre de l’Union européenne demeurant une hypothèse plausible. Le référendum qui va conduire les Britanniques à se prononcer pour ou contre le Brexit, marquera, quoi qu’ill advienne, un temps fort de l’actualité de cette année 2016. Les premières estimations non officielles tomberont vers minuit. Les résultats définitifs devraient être connus vers 8h du matin le 24 juin. Autant dire qu’au vu des sondages qui ne donnent pas d’indications claires, tout le monde retient son souffle ! AWI suivra cet événement, chroniques à l’appui. Lire la suite écouter l’émission

NOUVEAU MAZDA MX5 ROADSTER UNE GOURMANDISE AUTOMOBILE !

Après le pilotage d’une F1 Renault sur le circuit de la Ferté-Gaucher, dimanche 12 juin, puis la retransmission en live de la 83e édition des 24H du Mans, les 18 et 19 juin, qui s’est soldée par une victoire à l’arrachée, lors du dernier tour de circuit, de la Porsche 919 hybrid numéro 2, nous nous devions de rester dans la veine sport automobile en vous proposant l’essai auto en live d’un roadster des villes et des grands espaces.
C’est donc sans désespoir sous une pluie d’orage, mais aussi sous un capricieux soleil réconfortant, que nous avons pris en mains le nouveau MX5 Mazda, représentatif de la quatrième génération, imaginé au départ par Matano, un architecte designer, et Bob Hall, journaliste automobile et visionnaire. Inspiré des roadsters britanniques Triumph, MG, Lotus, il fît en effet sa première apparition au salon de Chicago, en février 1989.
Autrement dit, en 27 ans, plusieurs générations de MX5 roadster Mazda se sont succédées pour la bonne cause et surtout le plus grand plaisir d’automobilistes, y compris en France.
Elu en 2016 « Voiture mondiale de l’année » (World Car of the Year, WCOTY) et « Design automobile mondial », ce cabriolet peut se vanter d’avoir décroché bien d’autres récompenses venues nourrir un joli Palmarès.
Fabriqué à Hiroshima, ce roadster emblématique, le plus vendu au monde, conçu pour le plaisir de conduire à l’état brut, fait toujours forte sensation comme vous allez pouvoir le constater en suivant notre essai en live.
Pour renouveler le MX5 roadster, la question posée était la suivante :
» Comment recréer et améliorer encore un modèle iconique sans en dénaturer l’essence même qui l’a rendu jusqu’ici si populaire ? »
Eh bien au vu du résultat, le défi a pu être relevé haut la main.
Vous en doutez ? Eh bien prenez place et vivez l’ambiance à bord grâce au diaporama sonore* ! Lire la suite écouter l’émission

L’ EUROPHORIE SERAIT-ELLE DE RETOUR ?

Le néologisme « europhorie » trouve aujourd’hui tout son sens. En effet, la parution lundi, dans la presse britannique, de 3 sondages donnant le « In » en position beaucoup plus favorable contre le « Out » à la veille du référendum sur le Brexit qui aura lieu le 23 juin en Grande Bretagne, conduit à s’interroger sur l’influence que peuvent avoir ces derniers sur le moral des investisseurs et par voie de conséquence l’état de santé des places boursières. En ce lundi 20 juin, le CAC40 s’est en effet totalement emballé en affichant un gain de 3,60 % en clôture. Et toutes les places financières ont été logées à la même enseigne, le DAX terminant sur un gain de 3,43%.La Bourse de New York a débuté en nette hausse lundi dans le sillage des places asiatiques et européennes.
Quant à la Livre sterling elle profite elle aussi de l’apaisement des craintes d’un Brexit. Contre le dollar, la devise britannique gagnait 2,1% à 1,4673, enregistrant sa plus forte progression en une séance depuis la crise financière de 2008-2009. De plus, elle gagnait également 1,5% face à l’euro à 77,36.
Même l’or, qui comme les Bunds et le yen avait bénéficié d’achats refuge la semaine dernière, perd 1,26% autour de 1.282 dollars l’once.
A 3 jours du référendum, cette situation montre à quel point sur la base d’hypothèses et de rumeurs, les investisseurs peuvent être amenés à jouer l’excès dans un sens comme dans l’autre. Elle témoigne aussi et surtout de l’extême vulnérabilité du système financier conduit à réagir fortement à toute information positive comme négative. Certes on ne peut que souhaiter le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne. D’ailleurs, toutes les émissions consacrées directement ou non au Brexit sur la webradio webtv AWI en témoignent. Il est également vrai que les cours du Brent restent eux-aussi orientés à la hausse, sensiblement au-dessus de 50 dollars le baril.
Alors faut-il y croire ou plutôt suivre les conseils d’un expert qui déclare pour sa part : « « Je n’achèterai pas sur cette vague de hausse et je continuerai à réduire un peu mon exposition au risque ». Pourtant, acheter au son du clairon et vendre au son du canon a toujours été monnaie courante. Lire la suite écouter l’émission

24H DU MANS 2016 EN LIVE SUR AWI1

Même si nous n’étions pas sur la grille de départ des 24H du Mans version 2016, nous restons dans la course. Pour preuve il vous est possible de visionner le live et de vivre les événements en cliquant sur le lien ci dessous. Soyez courageux non d’un pipe ! Les conditions météo devraient compliquer la mission des pilotes . Freinage progressif recommandé ! Vous aurez ainsi la possibilité de piloter toutes les voitures en compétition, de jour comme de nuit ! Les exclamations s’imposent .Cliquez sur l’image ci-dessous et c’est parti !La victoire de la Porsche 919 hybride n°2 pilotée par Dumas-Jani-Lieb sur la Toyota TS050 Hybrid à l’issue de cette 83e édition du Mans apporte la démonstration qu’une victoire ne se décroche qu’à la fin d’une épreuve et que tout réside en réalité dans l’endurance de la mécanique, la concentration du pilote et la gestion de la course jusqu’aux toutes dernières minutes de course.Sincères remerciements à l’équipe qui a su faire vivre, sans interruption, ces 24H du Mans 2016 de façon aussi sympa que remarquable. Lire la suite écouter l’émission