actualités intervews, reportages, chroniques, débats...

LA ROBOTISATION DE L’HOMME PAR L’HOMME

Nous vivons une époque connectée formidable, révélatrice de grands bouleversements qui ne sont pas conséquences sur nos conditions de vie et sans impacts sur ce qui fait la qualité des relations humaines. Sans nier les multiples avantages qu’apportent les progrès jusqu’ici réalisés dans de multiples domaines qui nous touchent de près, les bénéfices tirés de l’utilisation des nouvelles technologies mises à notre service ne doivent pas pour autant nous priver de discernement.
Car contrairement à une idée répandue, les robots qu’on nous présente sous des traits de Gort, R2D2, Terminator ou Robocop, et autres humanoïdes plus fidèles aux morphologies de Terriens, ne représentent pas ce que nous avons le plus à craindre dans les temps à venir.
En réalité, comme cherche à le démontrer la chronique audio qui a valeur de billet d’humeur, la robotisation de l’homme par l’homme déjà à l’oeuvre, pourrait bien annoncer, si nous n’y prenons garde, un risque de dérive susceptible de nous priver de libertés qui nous sont chères. D’où une voix venue d’ailleurs ! Cliquez ici pour entrer

LES « BLACK CABS » FONT UN PIED DE NEZ AU BREXIT…

Photo : London Electric Vehicle Company (LEVC)


Après avoir évoqué le chassé-croisé du projet de création d’une ligne TGV entre Londres et Bordeaux visant à mettre la capitale britannique à moins de 5H du chef-lieu de la région Nouvelle-Aquitaine et de la réunion des 27 mercredi à Bruxelles, en présence de Theresa May, qui s’est heurtée à un no deal, cette dernière information a valeur de pied de nez au Brexit voire à l’UE.
Les célèbres taxis noirs londoniens dénommé outre-Manche “black cabs”, débarqueront en effet à Paris l’an prochain. Lire la suite

BREXIT EXPRESS NEWS – BIG BEN !

Un train peut toujours en cacher un autre !
C’est du moins ce que tend à démontrer les deux informations qui se sont croisées à grande vitesse en ce début de semaine, alors que les discussions sur le Brexit font grand bruit notamment à Londres et à Bruxelles.
Dans un sens, la première laisse entendre que les 27 dirigeants européens ne vont même pas envisager un accord commercial avec la Grande-Bretagne lors du sommet de l’UE « à l’heure de vérité » qui se tiendra demain à Bruxelles, l’échec des négociations sur la frontière irlandaise ce week-end constituant un obstacle majeur.
Dans le même temps, une information arrivant dans le sens inverse également à grande vitesse est porteuse du message indiquant que les quatre gestionnaires d’infrastructures SNCF-Réseau, Eurotunnel, Lisea et HS1 ont signé un accord pour lancer une étude de faisabilité en vue d’un TGV direct Bordeaux-Londres qui pourrait voir le jour d’ici 2022.
Ce projet lancé à grande vitesse sur les rails du Brexit s’explique en raison des interrogations que soulèvent les voyages transmanche dans le futur dont la demande perdurera quelles que soient les règles. C’est du moins ce qu’ affirme Philippe Jausserand, directeur commercial de Lisea, le concessionnaire de la ligne de TGV Tours-Bordeaux détenu pour un tiers par Vinci.
De son côté, Wendy Spinks, directrice commerciale de la ligne ferroviaire à grande vitesse britannique HS1, souligne qu’un expatrié du Royaume-Uni sur quatre vit en Aquitaine. Lire la suite

REFLEXION AUTOUR DU REPORT A REPETITION D’UN REMANIEMENT ANNONCE (Chronique actualisée le 16/10/2018 à 10H)

Qu’il faille éviter toute précipitation et laisser du temps au temps pour procéder à un remaniement gouvernemental est fort compréhensible. Surtout lorsqu’on sait à quel point les erreurs de casting de ministrables peuvent être préjudiciables.
Mais que les dramatiques inondations qui, selon le dernier bilan, ont fait 12 morts dans l’Aude, justifient à elles seules un nouveau report d’une opération politique plusieurs fois annoncée comme imminente, conduit néanmoins à s’interroger.
Le Premier ministre Edouard Philippe s’est en effet rendu sur place dés lundi après-midi pour constater l’ampleur des dégâts, rassurer les victimes de ces intempéries, s’assurer du bon déroulement des opérations de secours et par la même témoigner le plein soutien de l’Etat face à l’épreuve, déclarée catastrophe naturelle.
Et que la présidence de la République ait précisé aujourd’hui qu’Emmanuel Macron se rendrait sur place « dés que possible » se comprend également aisément. Ce déplacement sur les lieux du sinistre vise sans nul doute pour le tout premier de cordée à témoigner son empathie à l’égard des victimes d’un événement météorologique et climatique dont les conséquences désastreuses sont tant humaines que matérielles. Toutefois, si cette démarche du chef de l’Etat ne supporte aucune critique, imputer le nouveau report  du remaniement gouvernemental à la survenue d’un évènement de cette nature a de quoi surprendre.
Il en va de même concernant la double casquette portée depuis deux semaines par le Premier ministre devenu également ministre de l’Intérieur à la suite de la démission de Gérard Collomb. Sans mettre en doute les capacités que peut avoir Edouard Philippe à relever de nombreux défis et maîtriser toutes sortes de situations, un homme a t’il réellement le pouvoir de se transformer en surhomme, les responsabilités endossées prenant une dimension préoccupante.
Alors oui ! Il y aura bien un quatrième remaniement. Et vraisemblablement d’ici le prochain Conseil des ministres. Certains ministres s’en iront voire changeront de portefeuille, d’autres feront leur entrée, les discussions entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe sur le profil des potentiels entrants s’étant poursuivies tout le week-end.
En réalité, ce qui peut légitimement inquiéter au regard du motif « inondations » invoqué pour justifier un nouveau report du remaniement gouvernemental se résume en une question : « Que se passerait-il si un événement national comme mondial venait à créer du jour au lendemain un désordre d’une extrême gravité nécessitant la mobilisation de tous les acteurs du pouvoir politique en France ?

DERNIERE MINUTE DEPECHE REUTERS DU 16/10/2018 – REMANIEMENT GOUVERNEMENTAL : C’EST FAIT ! Lire la suite

« LE POIDS DES MOTS LE CHOC DES PHOTOS* »

Mahmoud Hams photographe pour l’AFP/ Prix photo Bayeux-Calvados des correspondants de guerre

En découvrant cette image, on se dit que la célèbre devise de Paris Match*, magazine hebdomadaire français d’actualités né en 1949, aurait pu être amputée du poids de mots, tant le choc provoqué par cette photo
se passe de tout commentaire.

Que cette dernière prise par Mahmoud Hams photographe pour l’AFP, qui s’est vu décerner samedi le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre, soulève horreur voire suscite la désapprobation de certains n’est pas fait pour surprendre. Elle témoigne néanmoins utilement des conséquences de ces guerres qui mutilent autant physiquement que psychologiquement.

Alors que les Palestiniens manifestent sans répit pour faire reconnaître le droit au retour dans leur terre d’origine, désormais considérée comme territoire israélien, ce cliché traduit la détresse d’un peuple en proie à un conflit armé qui s’éternise, faisant quasiment chaque jour de nouvelles victimes : hommes, femmes et enfants.

Le Palestinien Saber al-Ashkar, 29 ans, que la photo montre lançant des pierres durant des affrontements contre les forces israéliennes, le long de la frontière de la bande de Gaza à l’Est de la ville de Gaza, le 11 mars 2018, reflète un climat de violence que rien ne semble pouvoir arrêter. Il témoigne également d’un rapport de force totalement disproportionné. Lire la suite

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – UNE PACKARD 115c RETROUVE SA MAISON NATALE

Nick wells with Classic Packard

Alors que le Mondial de l’Auto 2018 qui se tient à Paris, permet encore au public de découvrir entre autres les modèles nouvelle génération branchée, présentés par les constructeurs français et étrangers, AWI ne pouvait que céder au charme du retour dans sa maison natale de cette superbe Packard. Livré en 1937 en pièces détachées par la célèbre marque américaine de voitures de luxe Packard Motor Car Company qui fût à l’époque la plus connue et la plus diffusée au monde, le magnifique coupé convertible Packard 115c a fière allure. Son « come-back » à Brentford, à l’ouest de Londres, lieu où se trouvait l’usine où elle a été construite ne pouvait être passé sous silence. Cette sublime Packard 115c sera en effet vendue aux enchères ce samedi 13 septembre à Syon Park, par la société internationale de ventes aux enchères COYS. Lire la suite

WOMEN e-LIFE S’INTERESSE AUX FEMMES QUI BRILLENT

Nikki Haley

Louise Mushikiwabo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En choisissant de s’arrêter sur quelques profils de femmes remarquables qui ont dernièrement fait parler d’elles, le webmagazine féminin Women e-life* souhaite mettre en évidence les qualités de ces dernières qui rendent aussi ridicule que caduc tout sexisme.
Les chroniques qui reviendront prochainement sur leurs différents parcours et surtout missions, témoigneront que les compétences professionnelles requises pour des postes à haute responsabilité, appartiennent autant aux hommes qu’aux femmes.
Il n’est pas question de prôner le féminisme, mais simplement de reconnaître une égalité qui met entre autres en évidence : personnalité, capacité de se faire entendre voire d’imposer ses idées et convictions, dans des univers où les hommes demeurent il est vrai largement majoritaires en nombre.
Voilà pourquoi les noms de deux femmes figurent en tête de liste dans le triptyque qui sera programmé sur votre Webmagazine féminin :

Tout d’abord, Nikki Haley, ambassadeur des États-Unis à l’ONU qui a présenté mardi sa démission à Donald Trump et quittera ses fonctions à la fin de l’année après avoir déjoué tous les pronostics concernant sa capacité à faire entendre sa voix et celle de l’Amérique.

Ensuite, Louise Mushikiwabo, une Rwandaise qui a été élue cette semaine secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie ( OIF ) et aura fort à faire. Pour en savoir plus, il vous suffit de consulter Women e-life, un webmagazine féminin ouvert sur le monde. Lire la suite

FAUT-IL CRAINDRE UNE NOUVELLE CRISE ECONOMIQUE MONDIALE ?

L’image reprise ici illustre l’article paru dans l’édition des Echos du jeudi 11 octobre sous le titre : « Les Bourses européennes flanchent dans le sillage de Wall Street ». Elle témoigne d’inquiétudes qui n’ont rien de virtuelles et reflètent la tendance observée sur les places asiatiques et américaines.
Alors que cette année marque le dixième anniversaire de la crise économique mondiale de 2008 qui allait provoquer ce que l’on sait, plusieurs signes avant-coureurs conduisent à s’interroger sur les impacts que pourraient avoir un remake en 2018. Lire la suite

REMANIEMENT GOUVERNEMENTAL SANS INFOX

Ca trépigne dur dans les allées de l’info concernant l’annonce du remaniement gouvernemental!
Annoncé comme imminent, la présidence de la République a en effet fait savoir mercredi que ce dernier n’aura finalement lieu au plus tôt que vendredi.
Il faudra donc se montrer patient et attendre le retour d’Emmanuel Macron d’Arménie pour tout savoir sur l’entrée et le départ de plusieurs ministres.
En raison des bruits de couloir et autres supputations que génère l’attente de cet évènement politique, l’adoption dans la nuit de mardi à mercredi, par l’Assemblée nationale, des propositions de loi sur la lutte « contre la manipulation de l’information » censées enrayer la diffusion de fausses nouvelles en période électorale, vient rappeler que la lutte contre l’Infox s’applique dans tous les domaines. Un maître des horloges existe bel et bien. Et c’est très bien ainsi ! Rendez-vous dés l’annonce officielle

PRIX NOBEL D’ECONOMIE ET RAPPORT DU GIEC : UNE CONCORDANCE DE VUE

William D. Nordhaus

Paul Michael Romer

 

 

 

 

 

 

 

 

Le fait que les noms des lauréats du prix Nobel d’économie aient été dévoilés en même temps qu’était rendu public le dernier rapport du GIEC sur le réchauffement climatique interpelle à juste titre. Ceux qui doutaient encore que la Maison brûle et que l’activité humaine contribue à l’aggravation d’un phénomène menaçant la vie sur Terre, trouveront en effet à travers les travaux réalisés par les deux titulaires du prix Nobel d’économie et les conclusions du Groupe international d’experts sur l’évolution du climat, une parfaite concordance de vue sur les risques encourus, mais aussi les solutions visant à éviter le clash.
William Nordhaus est en effet le premier à avoir créé un modèle quantitatif qui décrit l’interaction entre économie et climat.
Quant à Paul Romer, qui enseigne à l’école de commerce Stern, qui dépend de l’université de New York, il montre comment les forces économiques régissent la disposition des entreprises à engendrer de nouvelles idées et des innovations, jetant ainsi les fondations d’un nouveau modèle de développement, appelé “théorie de la croissance endogène”.
Autrement dit, le prix Nobel d’économie qui a été décerné lundi à ces deux Américains pour leurs travaux sur l’intégration du changement climatique et de l’innovation technologique dans l’analyse macro-économique arrive à point nommé.
Car le rapport publié lundi, par le Groupe international d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) prévient que les températures moyennes progresseront probablement de 1,5°C entre 2030 et 2052 si le changement climatique se poursuit au même rythme et si le monde échoue à entreprendre des mesures rapides et sans précédent pour l’enrayer.
Il y a donc bien concordance de vue. C’est d’ailleurs ce qui renforce la pertinence et l’intérêt des travaux des économistes lauréats du prix Nobel d’économie 2018, ces derniers mettant en évidence des solutions en mesure d’éviter l’irrémédiable à terme. Cliquez ici pour écouter la chronique de Patrick Gorgeon